Témoignage de partenaires

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaires

Xavier Ursat / EDF

 

La reconfiguration du barrage de Poutès, proposée par EDF et validée par la ministre de l’écologie, permettra la circulation piscicole et le transit sédimentaire, en préservant au mieux la production hydroélectrique. Un dispositif innovant a été proposé, fruit d’un travail commun entre le pôle éco-hydraulique de l’Onema et EDF. Cette solution, qualifiée « d’avancée majeure » par de nombreuses associations, des scientifiques et des élus, permet de concilier la production d’énergie renouvelable et la protection de la biodiversité. Aujourd’hui, la coopération technique avec le pôle se poursuit efficacement pour finaliser les volets techniques et lancer les travaux dans la suite du renouvellement de la concession. Un comité de suivi, piloté par le préfet, se réunit également, dans l’esprit de la convention pour une hydroélectricité durable, afin de permettre l’information de tous les acteurs et échanges. Cet exemple illustre la possibilité de concilier les enjeux de protection de l’environnement et la production d’énergie hydroélectrique. Il n’est pas unique. Mais c’est bien grâce à l’engagement de l’ensemble des parties prenantes que des ouvrages de haute qualité environnementale pourront ainsi être conçus.

Xavier Ursat est directeur délégué de la division production ingénierie hydraulique d’EDF

 

JeanRoberto Epplé / SOS – Loire Vivante

 

La solution de remplacer Poutès par un seuil amovible et des équipements innovants est un compromis gagnant-gagnant né de l’intelligence collective. A l’initiative de l’État, électriciens, institutions et ONG - ces dernières étant coordonnées par SOS Loire Vivante - sont rassemblés depuis 2010 autour de la table, grâce à la convention pour une hydroélectricité durable. Ce contexte de dialogue et la coopération des services de l’État avec EDF ont permis l’émergence d’une solution garantissant la transparence pour les saumons et les sédiments en gardant 85% de la production électrique. Il aura fallu 20 ans de rapports de force avec EDF et l’Etat pour en arriver là. Dès 1991, SOS Loire Vivante et une poignée de militants ont occupé pacifiquement l’usine hydroélectrique de Poutès-Monistrol pour demander la multiplication du débit réservé et le démantèlement du barrage, obstacle majeur à la migration. Que de chemin parcouru depuis ! Cette démarche est exemplaire en Europe et mériterait d’être essaimée partout où les barrages divisent…

Roberto Epplé est président de l’association SOS – Loire Vivante

Septembre 2012
Les temps forts 2011