Témoignage de partenaire

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaire

Martin Guespereau \ Agence de l’eau RM & C


La présence quasi-généralisée de micropolluants dans l’environnement, révélée par l’amélioration ininterrompue des techniques analytiques, suscite une inquiétude croissante - et compréhensible - de la société. La gestion de ces molécules, qui traversent largement les stations de traitement des eaux usées, s’impose comme un enjeu sanitaire et écologique majeur. Dans ce contexte, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse fonde son action sur les résultats du projet Armistiq piloté par l’Onema. Nous prenons acte des progrès obtenus, pour certaines molécules, par des traitements tels que l’ozonation. Mais le projet confirme que toute molécule ne peut être arrêtée. Nous concluons donc à l’urgence d’agir d’abord sur la réduction des émissions polluantes à la source pour minimiser les risques d’impact à l’aval. Dans cette optique, l’agence a notamment pris en 2013 la décision d’augmenter les pénalités incitatives pour les collectivités dont les stations produisent des boues non-conformes. La question se pose sans doute d’un renouvellement réglementaire pour maîtriser au mieux les apports des micropolluants dans le milieu.

Martin Guespereau est directeur général de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée

Juillet 2014
Les temps forts 2013