Témoignage de partenaire

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaire

 Frédéric Gob / Université Paris 1

 

Grâce aux données standardisées recueillies sur plus de 1000 stations via Carhyce, il est pour la première fois possible de mener une analyse solide, à petite échelle, des paramètres physiques qui façonnent la morphologie d’un cours d’eau. C’est l’objet d’une convention de trois années entre l’Onema et l’Université Paris 1. Pour différents couples de paramètres – largeur du cours d’eau et taille du bassin en amont, sinuosité et pente… – nous construisons des modèles statistiques. Ces modèles, déclinés par grande région, permettront notamment de caractériser l’état de référence (pas ou peu dégradé) d’un cours d’eau. Il sera alors possible de bâtir un indicateur d’état hydromorphologique, et d’identifier les actions de restauration les plus efficaces. Ces travaux suscitent beaucoup d’intérêt dans la communauté scientifique.

Frédéric Gob est maître de conférences à l’Université Paris 1 et chercheur au Laboratoire de géographie physique du CNRS

 Dominique Monti / Université Antilles-Guyane

 

"À la Réunion, en Guadeloupe et en Martinique, l’hydrologie a une énorme incidence sur la biodiversité des peuplements aquatiques. Les cours d’eau y sont peu profonds, très turbulents et dotés d’une faible production végétale. Plus de 90% des poissons et des crustacés sont amphihalins : la continuité amont-aval conditionne donc tout le fonctionnement écologique. En complément de la mise en œuvre des protocoles Carhyce et ICE, ce contexte demande des actions spécifiques. Des équipes du muséum national d’histoire naturelle étudient le cycle de vie des espèces amphihalines, dont le classement en "migrateurs" permettrait une protection plus efficace. Côté gestion, il faut développer des passes adaptées à la locomotion originale de ces espèces – poissons à ventouse et crustacés marcheurs. Un programme Onema/Irstea de trois années va être lancé en ce sens.

Dominique Monti est maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, chercheuse en dynamique des écosystèmes Caraïbes et membre du Conseil scientifique de l’Onema.

Août 2013
Les temps forts 2012