Mutualiser les données sur l'eau

Des dizaines de millions de données sur l’eau et les milieux aquatiques existent en France, d’une grande diversité : quantitatives, chimiques, biologiques, morphologiques, économiques, réglementaires… Elles sont produites par près d’un millier d’opérateurs principaux sur l’ensemble du territoire, tels que les services de l’État, les agences et offices de l’eau, l’AFB, les organismes de recherche, les collectivités territoriales ou encore les associations et entreprises. Souvent produites à une échelle locale et au fur et à mesure des besoins, les données ont longtemps été dispersées, fragmentées

Aujourd’hui, ces données indispensables ont vocation à être regroupées et organisées au sein du système d’information sur l’eau (SIE). Son existence a été introduite dans le code de l’environnement par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006. Au service de l’action publique, il répond à une double obligation : diffuser l’information environnementale publique (convention d’Arhus) et permettre aux autorités nationales et à la Commission européenne d’évaluer les avancées de notre politique de l’eau. Le SIE est un dispositif partenarial complexe qui couvre la production, la collecte, le stockage, le traitement, la valorisation et la diffusion des données sur l’eau, les milieux aquatiques, leurs usages et les services publics d’eau et d’assainissement.

Chargé de la coordination technique du SIE, l’AFB a piloté en 2009 l’élaboration d’un schéma national des données sur l’eau afin d’optimiser, rationaliser et mutualiser la gestion de l’ensemble de ces données entre les partenaires.


Un schéma national pour organiser les données sur l’eau en France

Connaître l’état des eaux, évaluer les pressions exercées sur les milieux aquatiques, estimer le coût et l’efficacité des mesures de restauration… de nombreuses données sur l’eau sont produites pour répondre aux obligations réglementaires. Elles sont utilisées par les pouvoirs publics pour fonder leur action et en rendre compte, notamment aux instances européennes. Afin d’organiser le système d’information sur l’eau, l’AFB a piloté l’élaboration du schéma national des données sur l’eau (SNDE)...

+ Lire la suite


Améliorer la qualité des données sur l’eau

L’acquisition de données physicochimiques dans le cadre des programmes de surveillance des eaux met en jeu toute une série d’opérations - prélèvement, stockage, transport, analyse - qui peuvent avoir un impact important sur la qualité de la donnée finale. Dans le cadre de la mise en place d’un système de gestion de la qualité du système d’information sur l’eau, l’AFB a financé, en 2010, des travaux sur l’amélioration de la qualité des données qui permettent de contribuer à mieux cerner les pratiques de prélèvement d’échantillons destinés aux analyses en laboratoire...

+ Lire la suite