Financement de politiques spécifiques

  Organisation      Priorités d'action    Résultats-Valorisation  


 

 Résultats & valorisation  

 Financement du programme Écophyto  

 Plan ECOPHYTO : le guide pratique des solutions
Le plan ECOPHYTO, lancé en 2008 par les Ministères de l’environnement et de l’agriculture, vise à proscrire l’utilisation de produits phytosanitaires en France.
Il encourage le développement et l’introduction de méthodes et de techniques de substitution et propose aux collectivités et aux citoyens un large panel d’outils pour les aider dans cette transition.




   Collection Rencontres de l'Onema

 Des articles

 Fiches de sensibilisation et d'information du public et des élus


Les contrôles de zones non traitées (ZNT) par les produits phytopharmaceutiques au voisinage des points d’eau
La fiche présente les risques liés à l’utilisation des produits phyto pharmaceutiques pour l’homme et l’environnement ; elle fait également un point sur la réglementation et le rôle des inspecteurs de l’environnement et propose une information claire et synthétique sur les zones non traitées et leurs conditions de mise en oeuvre.
Juillet 2015




 
 

La solidarité interbassins Outre-mer/Corse

 Quelques exemples de travaux ou d'études : 

 Quelques exemples de grands projets financés par l'Onema 

   Collection Rencontres de l'Onema
  • Mangrove : quels indicateurs pour la directive cadre sur l'eau ? Comment prendre en compte les mangroves de Guyane, de Guadeloupe, de Martinique et de Mayotte dans le cadre de l’évaluation de l’état écologique des masses d’eau littorales pour la directive cadre sur l’eau (DCE) ? À quelles pressions anthropiques sont-elles soumises localement, comment y répondent-elles ? Quels descripteurs faut-il suivre pour appréhender leur état de santé ? Missionné par l’Onema pour répondre à ces questions, le groupe de travail « DCE Mangroves » s’est réuni pour initier les réfl exions sur le sujet. Les Rencontres N°38, Avril 2016
  • Départements d'Outre-mer insulaires : vers une bioindication basée sur les migrateurs amphihaliens  En Martinique, en Guadeloupe, à La Réunion et à Mayotte, au moins 90 % des espèces de poissons et de macrocrustacés des cours d’eau sont migrateurs (ou amphihalins). Dans ces départements d’outre-mer (DOM) insulaires comme en métropole, les poissons constituent également, a priori, l’un des éléments de qualité biologique (EQB) à partir desquels doivent s’effectuer la surveillance et l’évaluation de l’état écologique des masses d’eau au sens de la directive cadre sur l’eau (DCE)... Les Rencontres N° 34, Novembre 2015
  • Bioindicateurs : l’outre-mer à l’heure de la directive cadre sur l’eau Les objectifs communautaires d’atteinte du bon état écologique s’appliquent également aux milieux aquatiques tropicaux des départements d’outre-mer, riches d’une biodiversité spécifique. Au cours des cinq dernières années, le développement de méthodes de bioindication adaptées aux départements d’outre-mer (DOM) a enregistré de rapides progrès. Le séminaire qui s’est tenu les 20 et 21 mars 2014 à l’Aquarium tropical de la porte Dorée à Paris, a permis de faire le bilan des avancées réalisées... Les Rencontres N°28, Août 2014