Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Financement de politiques spécifiques

  Organisation   Priorités d'action      Résultats-Valorisation    



 

 Priorités d’action 

 Lancement du nouveau plan Écophyto
Piloté par le ministère de l’Agriculture en liaison avec le ministère de l’Environnement, le plan Écophyto vise à réduire de 50 % l’utilisation de produits phytosanitaires d’ici 2025, tout en maintenant une agriculture économiquement performante. L’AFB finance une grande partie des actions de niveau national, destinées à limiter les impacts de ces produits sur l’environnement, dont la ressource en eau.
Le nouveau plan, adopté en 2015, est régi par trois grands principes :

  • ​maîtriser l’ensemble des risques liés aux produits phytosanitaires ;
  • inscrire le plan au cœur du projet agro-écologique pour la France ;
  • réorienter les évolutions au niveau des entreprises agricoles dans une dynamique collective, territorialisée et positive tant pour les producteurs que pour les citoyens.
Les objectifs du nouveau plan Écophyto II :

• réduction de 50 % du recours aux produits phytopharmaceutiques en France en dix ans : - une réduction de 25 % à l’horizon 2020, par la généralisation et l’optimisation des techniques actuellement disponibles, - une réduction de 25 % supplémentaires à l’horizon 2025 ;
• un réseau de fermes de démonstration des systèmes de culture économes en pesticides (fermes DEPHY) élargi de 1 900 à 3 000 fermes ;
• 10 fois plus d’exploitations équipées en outils d’aide à la conduite d’exploitation ;
• 30 000 fermes équipées pour avoir un effet de levier sur l’ensemble des exploitations françaises ;
• un développement des alternatives aux produits phytosanitaires amplifié.
 

 




 la solidarité interbassins outre-mer/Corse 

L’AFB soutient financièrement l’amélioration des infrastructures d’eau potable et d’assainissement en outre-mer dans le cadre de sa mission de solidarité financière interbassins. En 2015, 29 projets d’infrastructures d’assainissement des eaux usées et 6 études liées à l’assainissement ou à l’alimentation en eau potable ont été subventionnés, pour un montant global de 19 millions d’euros d’aides. Les premières aides ont été attribuées à la Polynésie française. Globalement, sur les 163 opérations soutenues depuis 2008, pour un montant total de 138 millions d’euros, 71 sont achevées.