Poissons migrateurs - Suivi des stocks

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Poissons migrateurs - Suivi des stocks

  Accueil Migrateurs     Suivre les populations migratrices et évaluer les stocks

  Suivi des captures   Suivi de la reproduction et indices d’abondance     Stations de contrôle     Tableaux de bord migrateurs  

  SUIVI DE LA REPRODUCTION ET INDICES D’ABONDANCE  

L’identification des habitats de reproduction - frayères - pour les espèces se reproduisant sur le continent (estuaires et rivières) ainsi que leur taux d’occupation informe sur l’état des stocks d’une espèce donnée dans un cours d’eau en permettant de définir sa répartition géographique et d’estimer son taux de reproduction naturelle. Couplée aux données de passage aux stations de contrôle des migrateurs, outils de suivi des populations, elle permet notamment d’identifier les points de blocage à la migration.

Un suivi de l’abondance des espèces est également réalisé pour les espèces anadromes et catadromes via des méthodes de pêches électriques réalisées par les opérateurs partenaires de l’Onema qui peuvent être, entre autres, les associations migrateurs et les fédérations départementales de pêche.

 
Identification et comptage des frayères
 

Les poissons migrateurs anadromes, vivent en mer et se reproduisent en eau douce. L’activité de frai et la distribution spatiale des espèces sur un bassin versant peuvent être évaluées par une identification et un comptage des frayères dans les cours d’eau. L’identification de ces zones de reproduction, possible pour les espèces se reproduisant sur des substrats grossiers, peut également renseigner sur leur accessibilité et mettre en évidence des points de blocage à la migration.

Les zones potentiellement favorables, répondant aux exigences habituellement recherchées, sont dites frayères potentielles. Elles se distinguent des frayères effectives sur lesquelles la reproduction est avérée (présence de géniteurs ou de pontes). Le rapport entre les frayères effectives et potentielles permet d’estimer le taux d’occupation des frayères.

Les exigences en termes de granulométrie, de profondeur d’eau, de débit varient d’une espèce à l’autre. Lorsque les conditions sont favorables, ces zones peuvent être visibles à l’œil nu.

 

Géolocalisation des Inventaires Frayères (GéoIF)

Un référentiel des inventaires de frayères et des zones de croissance ou d’alimentation de la faune piscicole est mis en place sur le territoire national. L’élaboration de ces inventaires, arrêtés par le préfet de département, est encadrée par la circulaire du 21 janvier 2009. Les espèces de poissons et de crustacés ainsi que la granulométrie caractéristique des frayères sont fixées par l’arrêté du 23 avril 2008, sont notamment concernés l’esturgeon européen, les lamproies marine et fluviatile, le saumon atlantique, la grande alose et l’alose feinte.

 
 
Pêche électrique et indice d’abondance
 

Un suivi de l’abondance du saumon atlantique ou de l’anguille européenne est possible par des méthodes de pêches électriques qui consistent à diffuser dans l’eau un courant de faible intensité. Les individus, ainsi anesthésiés, peuvent être capturés afin d’être dénombrés et mesurés avant d’être remis à l’eau.

Pour le saumon, les échantillonnages sont réalisés sur des secteurs propices à la reproduction des géniteurs et à la croissance des juvéniles de l’année, de type radiers et rapides.

L’anguille ayant une reproduction en milieu marin, les secteurs prospectés doivent présenter des habitats propices à l’anguille jaune.

 

Protocoles

 

Résultats

Ces suivis sont réalisés par les opérateurs partenaires de l’Onema qui peuvent être, entre autres, les associations migrateurs et les fédérations départementales de pêche.

Suivi spécifique de l’anguille
 

Pour répondre aux exigences du règlement européen 1100/2007, le Protocole de pêche par la méthode des indices d’abondance d’anguilles propose deux outils de suivi afin de déterminer la biomasse d’anguilles argentées s’échappant du territoire national :

  • 9 rivières index pour évaluer le recrutement des civelles et/ou anguillettes de moins de 12cm et la dévalaison des anguilles argentées ;
  • un réseau spécifique à l’anguille, complémentaire au réseau de contrôle de surveillance de l’état des eaux, pour estimer la biomasse d’anguille jaune en place.
  • Les résultats de ces suivis sont disponibles dans les rapports de mise en œuvre du plan de gestion anguilleL’outil de modélisation EDA permet également de prédire l’échappement d’anguilles argentées à partir des données des réseaux de pêches électriques. Le rapport 2015 est consultable à cette adresse.