La restauration écologique en milieu estuarien

Lundi 06 novembre 2017

La restauration écologique en milieu estuarien

 Accueil Milieux estuariens  Gérer
  Outils en réponse à la DCE   Restauration écologique

 

La restauration écologique est complexe à mettre en oeuvre en estuaires en raison des spécificités de ces milieux (gradients environnementaux, hydrodynamisme particulier...). Ces dernières impliquent notamment des difficultés pour prédire les effets à moyen et long termes des restaurations. En France, ces actions sont généralement mises en œuvre au cas par cas en réponse à des besoins particuliers (obligations réglementaires, initiatives locales…).
Pour venir en appui aux gestionnaires, les retours d'expérience issus de la littérature scientifique ont été compilés et analysés afin de leur fournir un cadre de réflexion pour définir leur futur projet de restauration.
Cette analyse se déroule en deux phases. La première a donné lieu à un état de l'art des actions menées à l'échelle internationale à partir duquel, ont été tirés des enseignements. La seconde phase se focalise sur les outils à disposition pour aider à définir des objectifs de restauration les plus clairs et précis possible compte tenu des connaissances actuelles (contexte d'application, points forts et faibles de l'outil), dimensionner l'action de restauration et évaluer le résultat (suivis à mettre en place...).

Retours d'expérience de restaurations à partir de la littérature internationale

L'état de l’art d'expériences de restauration est basé sur la littérature scientifique publiée entre 1996 et 2016. Cette analyse (2015/2016) a permis d’identifier :
  • les grands types d’habitats et/ou de fonctionnalités écologiques essentielles (nourricerie pour les juvéniles de poissons, recyclage des éléments nutritifs, etc.), les plus fréquemment concernés par des actions de restauration,
  • les objectifs de restauration associés,
  • les travaux de restauration employées pour y répondre,
  • les difficultés rencontrées lors d'étapes clés d’un projet et les manques de connaissance susceptibles de constituer des blocages pour définir et mener à bien une restauration écologique.
Accès au rapport de la phase 1
Accès à la liste des articles analysés en phase 1



Focus sur les outils mobilisables lors du montage d'un projet

La phase 2 de l'analyse (2017) se concentre plus particulièrement sur les outils mobilisables lors de la définition d'objectifs de restauration (notamment les outils prédictifs). L'accent a été mis sur cette étape d'un projet car le manque de précision vis-à-vis du résultat escompté (ex. dimension de l'habitat et sa position au sein de l'estuaire pour accomplir la fonctionnalité visée), de pertinence et/ou de réalisme des objectifs fixés representent un frein pour évaluer convenablement les effets d'une restauration (et sa réussite).
Dans la majorité des cas, les outils prédictifs et d'évaluation sont des modèles de type : modèles biogéochimiques, hydro-morpho-sédimentaires, de relations habitat-espèce et de réseaux trophiques.
La fiabilité de la prédiction, outre la qualité du modèle, dépend fortement de la quantité et la qualité des données caractérisant le milieu et les processus s'y déroulant (constat de manque systématique de données sur l'état initial, par exemple).
Publication prévue en 2018