Qu'est-ce qu'un captage ?

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Lundi 05 décembre 2016

Qu'est-ce qu'un captage ?

  Le centre de Ressources Captages

​ Vers une reconquête de la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine
Par captage on entend un ouvrage de prélèvement exploitant une ressource en eau, que ce soit en surface (prise d'eau en rivière) ou dans le sous-sol (forage ou puits atteignant un aquifère). Qu’ils soient destinés à l’alimentation en eau potable (AEP), à l’irrigation ou aux usages domestiques et industriels, tout captage doit être déclaré : en mairie pour les prélèvements inférieurs à 1000 m3/an ou à la DDTM pour les prélèvements supérieurs à 1000 m3/an (avec demande d’autorisation pour les prélèvements supérieurs à 200 000 m3/an). Au-delà de ces aspects quantitatifs, les ressources destinées à à l’alimentation en eau potable, qu’elle soit individuelle ou collective, sont également soumises à des contrôles qualitatifs obligatoires, en rapport avec les normes de potabilité établies par le code de la santé publique.

  Dans le vocabulaire courant le terme de captage fait référence à l’action de prélever une ressource en eau et ne se réfère donc pas à un objet physique identifiable. Selon le dictionnaire relatif au « Zonages techniques et réglementaires du domaine de l’eau » publié par le Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE), le terme de captage devrait être employé au sens d’un « ouvrage de prélèvement » destiné, dans le cas présent, à l’alimentation en eau potable (AEP), qu’elle soit individuelle ou collective.

  Un ouvrage de prélèvement (ou captage) désigne l’ensemble des aménagements d’origine humaine, connectés entre eux et destinés au prélèvement, au stockage et à l’adduction de l’eau provenant d’une même ressource, qu’elle soit superficielle ou souterraine. La maintenance et l’exploitation de ces aménagements sont placées sous la responsabilité juridique et administrative d’un seul exploitant (lequel peut être le maître d’ouvrage ou un prestataire privé). Les aménagements en question peuvent comprendre un ou plusieurs points de prélèvement (source, forage, prise d’eau…), géographiquement différenciables, qui matérialisent autant de connexions physiques entre la ressource en eau exploitée et le dispositif de captage dans son ensemble (par exemple les différents puits d’un champ captant).

  Généralement, un dispositif technique de comptage d’eau (compteur d’eau, débitmètre) est physiquement placé en aval de chaque point de prélèvement. Toutefois, compte-tenu de certains facteurs liés aux conditions de terrain, mais aussi de considérations économiques (coûts liés aux installations techniques), un dispositif de comptage peut être rattaché à plusieurs points de prélèvement (et inversement, un même point de prélèvement peut être rattaché à plusieurs dispositifs de comptage). En tout état de cause le décompte du volume global d’eau prélevée sur la ressource est généralement mutualisé à l’échelle de l’ouvrage de prélèvement. L’identification et le rattachement des différents points de prélèvements d’un même captage doivent donc être établis de manière certaine pour garantir un suivi optimal des pressions exercées sur la ressource prélevée.