TÉMOIGNAGE DE PARTENAIRE

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Lundi 26 septembre 2016

TÉMOIGNAGE DE PARTENAIRE

Claire Floury \ Agence de l’eau RMC

Pouvoir estimer le débit quinquennal sec en tout point est intéressant pour la réalisation de l’état des lieux des masses d’eau que devra entreprendre chaque agence de l’eau en 2013. En effet, afin de mesurer l’impact des prélèvements (industrie, agriculture…) sur les cours d’eau, le rapport entre la valeur relative du prélèvement et le QMNA5 doit être connu. Ce rapport fournit une donnée essentielle permettant de caractériser les zones où s’exerce une pression trop importante. La connaissance de ce débit d’étiage de référence est également nécessaire pour évaluer les pressions de pollution. Par exemple, les rejets d’une station de traitement des eaux usées n’auront ainsi pas le même impact si le QMNA5 est faible ou élevé. Ce débit représente donc un indicateur pertinent pour calculer les facteurs de dilution des polluants dans l’eau. De son côté, le débit moyen interannuel n’est pas utile pour établir l’état des lieux, mais permet de définir un débit plancher au droit des ouvrages (seuils, petits barrages) égal, d’une manière générale, au dixième du module. Le débit minimum biologique à laisser passer ne peut lui être inférieur.

Claire Floury est chargée d’études volumes prélevables et irrigation à la direction des interventions de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse.