Mieux connaître les protocoles déployés sur le terrain pour la surveillance de l'eau et des milieux aquatiques

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Mardi 05 juillet 2016

Mieux connaître les protocoles déployés sur le terrain pour la surveillance de l'eau et des milieux aquatiques

La surveillance de l’état de l’eau et des milieux aquatiques est réalisée grâce à des protocoles de recueils des données. Ces protocoles, souvent peu connus, sont indispensables pour avoir un approche harmonisée sur l’ensemble du territoire français. CarHyCe, ICE, Onde, pêches aux filets, pêches à l’électricité, autant de protocoles à découvrir grâce à des plaquettes et à des films pédagogiques.

 



Pour connaître et surveiller le fonctionnement physique des cours d’eau
Forme du lit, nature des berges, végétation, habitats présents, types d’écoulement lent ou plus rapide… l’ensemble de ces caractéristiques constitue l’hydromorphologie d’un cours d’eau, désormais reconnue comme une composante majeure de son état de santé. Ces caractéristiques peuvent être altérées par les activités humaines. En France, l’hydromorphologie fait l’objet d’un suivi régulier dans le contexte de la directive cadre sur l’eau (DCE) européenne, ainsi que d’évaluations plus ciblées dans le cadre d’actions de restauration.

La plaquette
Le film
 
 
Barrages, seuils… : suivre et évaluer leurs impacts sur le déplacement des poissons
Toutes les espèces de poissons ont besoin de se déplacer librement le long de la rivière pour accéder à leurs zones de reproduction, leur nourriture ou leurs habitats. Les 85 000 ouvrages recensés à ce jour sur les cours d’eau français comme les grands barrages, les seuils, les écluses,... sont susceptibles de limiter ou d’empêcher les déplacements des poissons et sont une cause majeure de perte de biodiversité aquatique.
ICE est une méthode nationale standardisée de recueil de données pour évaluer la capacité des poissons à remonter les ouvrages.


La plaquette
Le film
   
Pour surveiller et comprendre l’assèchement des cours d’eau en été
Au cours de l’été, nombre de petits cours d’eau français voient leur débit baisser, parfois jusqu’à l’assèchement complet (assecs). Ces étiages, d’origine naturelle, sont souvent amplifiés par les activités humaines (irrigation, alimentation en eau potable…).
La surveillance et la compréhension de ces étiages sont aujourd’hui un enjeu fort pour les pouvoirs publics, à la fois pour mieux réguler les usages en période sèche et aussi pour limiter les impacts sur la faune et la flore aquatiques.

La plaquette

   
Pour connaître et suivre les peuplements de poissons en plan d’eau
La collecte ponctuelle ou régulière de ces informations sur un plan d’eau donné, permet de vérifier son état écologique et d’orienter les choix de gestion. En France, elle est notamment réalisée tous les six ans sur chacun des 180 plans d’eau de plus de 50 hectares suivis dans le cadre du Réseau de Contrôle de Surveillance au titre de la directive cadre sur l’eau européenne (DCE) : les données contribuent à l’évaluation réglementaire de l’état des eaux de surface. Pour assurer une collecte de données représentatives et comparables dans le temps et d’un plan d’eau à l’autre, la méthode employée en France repose sur l’emploi de filets selon un protocole normalisé (norme CEN prEN 14757).


La plaquette
Le film  
Pour connaître et suivre les peuplements de poissons en cours d’eau
La méthode couramment employée en cours d’eau, pour les inventaires piscicoles est celle de la pêche à l’électricité. En France, la collecte est réalisée tous les deux ans sur l’ensemble des 1500 stations du réseau de contrôle de surveillance (RCS) de la directive cadre sur l’eau européenne (DCE) : les données contribuent à l’évaluation réglementaire de l’état de la qualité des eaux de surface (rivières, lacs, étangs, ..).
Les données collectées permettent de calculer l’Indice Poisson Rivières (IPR) qui est l’écart entre la composition du peuplement piscicole observée lors de la pêche à l’électricité et ce que nous devrions retrouver dans le cours d’eau s’il ne subissait aucune pollution, aucune intervention humaine excessive.

La plaquette
Le film