Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Stratégie d'assainissement : Accompagner les collectivités

Stratégie d'assainissement : Accompagner les collectivités

Afin d’apporter aux collectivités un appui opérationnel et technique dans le choix de leurs stratégies d’assainissement des eaux usées, l’Onema finance et co-anime un ensemble de programmes de recherches nationaux.

Comment dimensionner le décanteurdigesteur de ma station de traitement des eaux usées ? Quand faut-il opter pour un lagunage naturel ou aéré ? Que valent les différents traitements tertiaires intensifs : oxydation, filtres à sable, charbon actif et ozone ? Pour quels polluants ? Quel est l’intérêt de drainer un filtre planté de roseaux ? Et à quel coût ?... Au cours de la dernière décennie, de très nombreux procédés ont vu le jour dans les différentes filières de traitement des eaux usées. Pour les collectivités, en particulier petites et moyennes, faire les bons choix implique de disposer d’éléments comparatifs chiffrés et validés scientifiquement, de retours d’expériences, d’espaces d’échange et d’information. En réponse à cette attente forte, l’Onema soutient et co anime un ensemble de programmes et d’actions, nationaux ou locaux, dans une optique d’appui opérationnel aux collectivités.

Un groupe de travail national depuis 2008

C’est le cas du groupe de travail sur l’Évaluation des procédés nouveaux d’assainissement des petites et moyennes collectivités (EPNAC) qui, depuis 2008, réunit notamment les agences de l’eau, Irstea, l’Onema, le ministère en charge de l’environnement et les collectivités par l’intermédiaire des services départementaux d’assistance technique aux exploitants de stations d’épuration. Il mène de nombreux travaux visant à préciser l’efficacité et les coûts d’exploitation de divers procédés. Les résultats sont diffusés via un site internet (www.epnac.irstea.fr), qui propose en outre une sélection de documents de référence à l’usage des maîtres d’ouvrage, maîtres d’oeuvre et exploitants. Le groupe de travail organise également chaque année des journées techniques pour favoriser le transfert des connaissances pratiques.

Zones de rejet végétalisées : des projets in situ

En complément, l’Onema et Irstea ont lancé en 2013 un programme de recherches ciblées sur les zones de rejet végétalisées (ZRV). Objet d’un intérêt croissant en France – plus de 500 ZRV sont recensées à l’heure actuelle – celles-ci sont implantées à l’aval des stations d’épuration afin d’atténuer l’impact de leurs effluents sur le milieu récepteur. Le programme ZRV vise à étudier l’efficacité de différents types d’aménagement (prairie, fossé, bassin ou autres), et à les doter de règles de conception partagées. Pour ce faire, ce programme repose sur plusieurs projets en partenariat in situ, menés en lien étroit avec les collectivités. C’est le cas à Bordeaux (voir témoignage ci-contre), où sont testées 6 ZRV pilotes, ou à Nîmes, où sont étudiées en taille réelle les performances d’une ZRV de type bassin.

Le projet de recherche ARMISTIQ

À noter enfin que 2014 a vu la clôture du programme ARMISTIQ, financé par l’Onema pour améliorer la connaissance de différentes technologies de traitement des micropolluants dans les eaux usées et les boues urbaines. Un site internet dédié (www.armistiq.irstea.fr) donne accès aux résultats et aux actes du colloque de restitution auquel ont assisté de nombreuses collectivités. Ce programme a également nourri la rédaction d’une synthèse dans la collection « Comprendre pour Agir » de l’Onema.

Contact : alice.reuillon@onema.fr

Décembre 2015
Les temps forts 2014