Lettre #21 Gestion de l’eau : le changement climatique et son flot d’incertitudes

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Jeudi 28 juillet 2016

Lettre #21 Gestion de l’eau : le changement climatique et son flot d’incertitudes

Dans l’élaboration des plans de gestion de la ressource en eau, il est nécessaire de prendre en compte les incertitudes liées au changement climatique et à ses impacts. Pour y parvenir, la science a en particulier un rôle à jouer afin d’orienter la décision, la justifier et en évaluer les résultats.

Le Gardon, au niveau du Pont du Gard​


Même si la connaissance sur le changement climatique ne cesse de progresser, il est toujours difficile, voire impossible, d’avoir des certitudes sur les réels impacts à venir de ce phénomène, que ce soit sur l’eau, les milieux aquatiques ou la biodiversité en général. Les projections climatiques ne sont en effet pas des prévisions, mais avant tout des statistiques et des probabilités. Pour caractériser un enjeu, de nombreux modèles peuvent être croisés, entraînant une cascade d’incertitudes. En dépit de ces dernières, les décideurs doivent réussir à déterminer et à mettre en oeuvre des mesures d’adaptation dans leur politique de gestion des ressources en eau.  

 Trancher malgré les incertitudes

Pour prendre des décisions en contexte incertain, les élus et acteurs locaux peuvent s’appuyer sur différents outils, comme Drias* – développé avec le soutien du ministère en charge de l’écologie, de Météo-France et de laboratoires français – qui met à disposition des cartes et des données pour l’élaboration des plans de gestion de la ressource en eau. Les agences de l’eau mettent en place des réflexions et des actions. Sur le bassin Seine-Normandie, un comité spécial sur le réchauffement climatique et ses conséquences a par ailleurs été organisé. Pour mieux appréhender ces incertitudes, le bassin Adour-Garonne est allé un peu plus loin, en lançant une étude prospective « Garonne 2050 », basée sur les tendances du passé et les facteurs d’influence majeurs du changement climatique ayant une incidence sur l’eau. Cette étude qui définit différents scénarios contrastés sur les besoins, les ressources en eau et leur gestion, est devenue le fil rouge pour la révision du SDAGE 2016- 2021. Enfin, un plan d’adaptation au changement climatique a également été engagé en 2014 sur le bassin Rhône-Méditerranéen afin de décrire la vulnérabilité de ce territoire pour quelques enjeux majeurs, tels que les ressources en eau, le bilan hydrique des sols ou encore le niveau trophique des eaux. Développées dans ce plan, les mesures pour réduire cette vulnérabilité seront ensuite reprises dans le SDAGE de ce bassin, en préparation.
     
  Promouvoir l’interface science-politique

Afin de mieux caractériser ces incertitudes et faciliter la prise de décision, la connaissance scientifique a un rôle important à jouer pour aider à objectiver, raisonner et hiérarchiser. Il est ainsi essentiel de donner une place explicite à la science dans les processus de décision. D’où la nécessité de rapprocher ces deux communautés, en créant notamment un conseil scientifique associé aux instances de dialogue et de gouvernance, telles que sont les comités de bassin. En mobilisant l’expertise de ses membres et de ses réseaux, le conseil scientifique pourra ainsi produire des avis sur les enjeux, mesures et questionnements à long terme liés à la problématique du changement climatique. Cette implication des scientifiques leur permettra également de mieux connaître le processus de fabrication des politiques, et de contextualiser ces dernières en étant sensibilisé aux contraintes des acteurs de l’eau.

Contacts benedict.augeard@onema.fr et frederique.martini@onema.fr
* Donner accès aux scénarios climatiques régionalisés français pour l’impact et l’adaptation de nos sociétés et environnement.

Pour en savoir plus
Drias les futurs du climat
 Le service met à disposition des collectivités, des projections climatiques régionalisées jusqu’à la fin du siècle. Ces projections, présentées par tranche temporelle de 30 ans, intègrent des cartes directement interprétables et des données utilisables pour l’élaboration de plans de gestion de la ressource en eau. 
Drias propose également un « accompagnement personnalisé » pour faciliter le choix d’utilisation de l’information en fonction de l’usage. Ces scénarios sont réalisés par des laboratoires français de modélisation du climat (IPSL, CNRM-GAME et CERFAX). 
Le service est piloté par Météo France.


La plateforme nationale Wiklimat 
le site WiKlimat de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc) recense depuis peu les initiatives françaises en matière d’adaptation au changement climatique, notamment les actions d’adaptation décentralisées des collectivités locales. 
Cette plateforme de partage des connaissances est développée dans le cadre du plan national d’adaptation au changement climatique.


La plateforme européenne Climate-Adapt présente quatre axes de réflexion, notamment le partage de connaissances scientifiques et de l’information sur les outils disponibles. Elle offre ainsi de l’information pays par pays, en détaillant le cadre légal, des rapports d’évaluation sur les impacts du changement climatique et la vulnérabilité ou encore les plans existants. Une rubrique sur les différentes régions transfrontalières est disponible pour favoriser notamment la mise en oeuvre d’une adaptation concertée entre pays. En outre, la vocation de Climate-Adapt est également de réussir à incorporer l’adaptation dans les politiques sectorielles. Le dernier axe porte sur le volet financement, l’identification des fonds dédiés à l’adaptation n’étant pas évidente.