Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Contaminants et pollutions aquatiques - Les indicateurs de l’état chimique DCE

Contaminants et pollutions aquatiques - Les indicateurs de l’état chimique DCE

  Accueil Contaminants et pollutions aquatiques    Accueil Qualifier l'état et évaluer les risques


  LES INDICATEURS DE L'ETAT CHIMIQUE DCE  

Qu’il s’agisse des eaux de surface ou souterraines, le principe fondamental de l’évaluation de l’état chimique des masses d’eau selon la DCE est la comparaison entre d’une part une concentration représentative mesurée dans le milieu et d’autre part une valeur seuil ou une norme de qualité environnementale (cf.§ Les Normes de Qualité Environnementales, valeurs seuils).
Si la concentration représentative, typiquement la valeur moyenne de 12 mesures mensuelles obtenues dans l’année, dépasse la valeur seuil, alors la masse d’eau peut être déclassée en « mauvais état chimique ». Cela étant dit la fiabilité d’un tel constat dépend fortement :

  • de l’incertitude associée à chaque mesure individuelle,
  • et également de la variabilité du milieu qui peut s’avérer trop forte pour que les quelques mesures effectuées annuellement soit suffisamment représentatives de la contamination moyenne réelle.

L’Onema a récemment soutenu des études du Brgm visant à poser un cadre conceptuel pour évaluer l’incertitude sur l’état chimique (1), (3) et pour éprouver sur des données réelles (2).
Un utilitaire logiciel HYPST-R (3) développé par le BRGM sera prochainement mis à disposition des agents en charge de l’évaluation de l’état DCE, afin de permettre une meilleure prise en compte des incertitudes sur l’évaluation.

 
Pour en savoir plus