Lutte contre les micropolluants dans les eaux urbaines

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Mercredi 29 juin 2016

Lutte contre les micropolluants dans les eaux urbaines

Retrouvez l'appel, le despriptif des projets et les informations sur les groupes de travail mis en place ainsi que leurs productions sur la page dédiée

Ségolène Royal a annoncé les 13 projets retenus dans le cadre de l’appel à projets "Innovation et changements de pratiques : micropolluants des eaux urbaines"

Résidus de médicaments, de cosmétiques, de désinfectants, de produits domestiques, micropolluants issus des revêtements urbains (voiries, routes, toits, etc.) notamment par temps de pluie… Autant de pollutions déversées dans les réseaux d’assainissement urbains. Ces problèmatiques seront traitées grâce à des solutions innovantes.

Les 13 projets retenus mobilisent sur 5 ans (2014 – 2018) des collectivités locales et leurs partenaires locaux privés (entreprises, PME/PMI) et/ou publics (universités, laboratoires de recherches) sur des initiatives innovantes allant des changements de pratiques des usagers et des professionnels et de leur acceptabilité jusqu’à la réalisation de nouvelles solutions techniques (développer des aménagements urbains pour la gestion des eaux pluviales, méthodes de diagnostic des pollutions…) prenant en compte la notion de coût /efficacité.

Ces 13 projets se regroupent en quatre grandes thématiques :

 1  Lutte  contre les résidus de médicaments et de cosmétiques d'origine domestique

Chaque jour, les Français rejettent dans leurs eaux usées des résidus issus de la consommation de médicaments et de l’utilisation de produits cosmétiques. Les résidus de ces produits ne sont pas bien traités dans les stations de traitement d’eaux usées. Les rejets dans les cours d’eau de ces stations contiennent donc encore trop de ces résidus chimiques, qui sont des micropolluants. Trois projets de recherche ont été sélectionnés dans le cadre de l’appel à projets « micropolluants ».

  Les projets retenus

 2  Lutte contre les rejets hospitaliers

Les centres de soins (hôpitaux, maison de retraites, centre de rééducation….) utilisent de nombreux produits contenant des micropolluants que ce soit pour soigner les patients ou pour désinfecter lieux et matériels. Les effluents pollués en sortie de ces centres de soin seront étudiées dans les 3 projets retenus ; l’objectif est de trouver de nouvelles solutions techniques sur la gestion et l’élimination des produits polluants.

Les projets retenus

 3  Gestion intégrée des micropolluants dans les réseaux collectifs d'assainissement

La plupart du temps les stations d’épuration urbaines reçoivent des micropolluants issus de différentes sources (usagers domestiques, industriels, artisans, centres de soin, phytosanitaires issus de la voirie, hydrocarbures issus des routes, revêtement urbains – peintures, …). Pour limiter l’apport de ces micropolluants à la station de traitement des eaux usées, 4 projets de recherche ont été retenus pour identifier les sources, hiérarchiser les micropolluants prioritaires, changer les comportements pour limiter leur utilisation à la source et enfin mieux les traiter.

Les projets retenus

 4 Gestion de la pollution drainée par le temps de pluie

Lorsqu’il pleut, les eaux de pluie ruisselant sur la ville ou sur les routes se chargent de micropolluants issus des activités routières, des toitures, des peintures utilisées en extérieur, etc. Ces eaux pluviales peuvent être rejetées directement à la rivière, en la polluant ou bien elles peuvent arriver à la station de traitement d’eaux usées ; celle-ci n’est pas toujours dimensionnée pour accueillir des volumes d’eau plus importants que les seuls volumes issus des eaux usées domestiques. De plus, les micropolluants de ces eaux de pluie ne sont pas toujours traitées dans la station de traitement. Les 3 projets retenus travailleront en réseau pour trouver des solutions innovantes à cette problématique des eaux de pluie.

Les projets retenus

Les 13 projets finalement retenus bénéficient d’une enveloppe d’aides de 10 millions d’euros apportée par l’Onema et les agences de l’eau.