Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Biodiversité - état et fonctionnement des écosystèmes aquatiques

Jeudi 02 juin 2016

Biodiversité - état et fonctionnement des écosystèmes aquatiques

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) fait de l’état écologique la pierre angulaire de l’évaluation de l’état des masses d’eau au niveau européen. Le développement d’outils de bioindication doit répondre à cet enjeu, en apportant une aide au diagnostic des dégradations chimiques et hydromorphologiques des milieux. Parallèlement à la mise en œuvre de la DCE, l’Onema apporte un appui à la mise en œuvre de stratégies nationales ou européennes pour la préservation d’espèces patrimoniales (grands migrateurs notamment) et pour la lutte contre les espèces exotiques envahissantes. D’une façon plus générale, la biodiversité et le bon fonctionnement des milieux sont au cœur des préoccupations de l’Onema. L'Onema soutient de nombreux programmes de recherche et développement, impliquant des partenaires institutionnels variés (CNRS, Universités, Irstea, INRA, Ifremer, MNHN) ; il s’appuie également sur des pôles d’étude et de recherche thématiques : le pôle « plans d’eau » (Onema-Irstea d’Aix-en-Provence), le pôle « migrateurs » (Onema-INRA de Rennes), le pôle « écohydraulique » (Onema-IMFT de Toulouse). 

  Contact : Yorick Reyjol

  Participants AFB : Jean-Marc Baudoin, Laurent Beaulaton, Delphine Loupsans, Nolwenn Bougon, Pierre-Alain Danis, Richard Delanoë, Gilles Euzenat, Jean-Louis Fagard, Françoise Fournel, Julien Gauthey, Olivier Monnier, Nicolas Poulet, Pierre Sagnes, Thierry Tormos, Anne Vivier, Marie-Claude Ximénès.

 Priorités d’action 2013-2018 

1   Evaluation de l’état écologique des masses d’eau au sens de la DCE

Objectif général : mettre à disposition des gestionnaires des méthodes d’évaluation de l’état écologique des masses d’eau (biologie, physico-chimie soutenant la biologie) pour les cours d’eau, les plans d’eau et les eaux littorales (estuaires, lagunes et eaux côtières).

Enjeux et échéances notables : 2e et 3e cycle de gestion de la DCE, états des lieux.

Finalités opérationnelles :

  • Mettre à disposition des outils d’évaluation de la qualité écologique pour les différentes catégories de masses d’eau de la DCE (cours d’eau, plans d’eau, eaux littorales) ;
  • Porter à intercalibration les outils de bioindication existants ;
  • Améliorer la connaissance de la sensibilité des indicateurs biologiques aux altérations de l’hydromorphologie ; Améliorer la connaissance de la sensibilité des indicateurs biologiques aux contaminations toxiques ;
  • Permettre le développement d’outils « multi-EQB » permettant un diagnostic intégré de l’état écologique des masses d’eau, notamment pour les cours d’eau ;
  • Proposer des outils d’aide à l’extrapolation spatiale de l’état écologique pour les masses d’eau – cours d’eau non suivies ;
  • Permettre le développement d’indicateurs de physico-chimie calés sur la biologie ;
  • Participer à la mise en place de méthodologies d’évaluation du bon potentiel écologique ;
  • Mettre en place des programmes de recherche permettant d’estimer les incertitudes dans l’évaluation de l’état écologique.
  • Accompagner le développement de méthodes innovantes (télédétection notamment) pour l’évaluation de la qualité écologique des milieux (température, marnage, turbidité de l’eau, concentration en chlorophylle A, couverture en macrovégétaux, etc.).

2   Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes

Objectif général n°1 : mettre au point des indicateurs de fonctionnement des milieux permettant d’alimenter un diagnostic intégré des milieux. Objectif général n°2 : apporter un appui technique et une expertise scientifique aux plans nationaux et stratégies nationales en lien avec la conservation de la Biodiversité.
Objectif général n°3 : accompagner le développement de méthodes innonvantes de suivi des milieux.

Finalités opérationnelles :

  • Mettre au point des indicateurs de fonctionnement des écosystèmes (recyclage de la matière organique, réseaux trophiques, etc.) permettant de mieux évaluer la vulnérabilité des écosystèmes aquatiques ainsi que leur capacité de résilience (trajectoires écologiques post-restauration notamment) ;
  • Mettre au point des indicateurs permettant d’évaluer les différentes fonctions et services rendus par les milieux aquatiques ;
  • Mettre en place des actions permettant de mieux comprendre les effets du changement global (dérèglements climatiques, fragmentation des cours d’eau) et des espèces exotiques envahissantes sur les milieux aquatiques (espèces, fonctions, services) ;
  • Apporter les connaissances nécessaires à la conservation et à la restauration des populations d’espèces aquatiques protégées ;
  • Apporter un appui technique à la mise en œuvre du règlement européen sur les espèces exotiques envahissantes et à la stratégie nationale en découlant ;
  • Accompagner la mise en œuvre de la stratégie nationale de gestion des poissons migrateurs, en particulier du plan de gestion « Anguille » ;
  • Accompagner la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) ;
  • Accompagner le développement de méthodes innovantes (hydroacoustique, barcoding/metabarcoding, ADN environnemental, etc.) pour le suivi de la biodiversité.