Réutilisation des eaux usées : un outil pour évaluer la pertinence économique des projets

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Réutilisation des eaux usées : un outil pour évaluer la pertinence économique des projets

À quelles conditions les projets de réutilisation des eaux usées, objet d’un intérêt croissant en France, sont-ils économiquement pertinents pour la société ? Pour répondre à cette question et aider les décideurs, Irstea a réalisé une analyse coûts-bénéfices.

Réutiliser des eaux usées, brutes ou partiellement traitées, pour l’irrigation, l’arrosage d’espaces verts ou le lavage des voiries : c’est le concept de ReUse, qui connaît un fort développement dans de nombreux pays. En France, la réglementation en place depuis 2010, très exigeante en termes de suivi environnemental, pourrait être bientôt révisée. Alors que de nombreux projets sont envisagés, leur viabilité économique sur le long terme doit être examinée. Grâce à un financement de l’Onema, une équipe d’Irstea a procédé à une analyse coût-bénéfice : les coûts – investissement et fonctionnement – et les économies générées sont chiffrés pour les parties prenantes, actualisés à différentes échéances temporelles, puis comparés.

Identifier les projets à soutenir

Cette approche a été appliquée a posteriori à trois projets déployés en France : l’arrosage des golfs de Rhuys-Kerver (56) et Sainte-Maxime (83) et l’irrigation des cultures de la Limagne noire (63). Dans les trois cas, l’analyse montre que la ReUse s’avère bénéfique à la société prise dans son ensemble. Néanmoins les coûts et les bénéfices sont inégalement distribués entre les acteurs des projets : agriculteurs, industriels, golf, collectivités locales... L’intérêt de la ReUse n’est pas toujours le même pour tous. Ces travaux ont débouché sur un outil d’aide à la décision à destination des porteurs de projets. S’il ne prend pas en compte les coûts environnementaux induits, il permet d’identifier, au plan économique, les projets à soutenir et ceux à déconseiller. En outre il précise les éventuelles compensations financières à mettre en œuvre entre les acteurs des projets.

Contact : julien.gauthey@onema.fr

Juillet 2014
Les Temps Forts 2013