Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Retour sur les inondations exceptionnelles en Pyrénées

Retour sur les inondations exceptionnelles en Pyrénées

Juste avant l’été 2013, des inondations catastrophiques ont frappé les bassins de la Garonne et du Gave de Pau.
L’Onema s’est mobilisé auprès notamment des services de l’État (DDTM, préfectures et Dreal) pour répondre à cette situation d’urgence.

Les 18 et 19 juin 2013, un important épisode orageux, conjugué à une période forte de fonte des neiges, a provoqué une crue exceptionnelle en termes d’intensité sur quasiment tous les cours d’eau des départements de la Haute-Garonne, des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques.

Cette crue, classée entre cinquantennale et centennale, a eu des effets dévastateurs sur ces territoires : des villages coupés du reste du monde, des maisons et commerces totalement détruits, des routes dégradées fortement par l’érosion des berges, des cultures détruites et le lit mineur de nombreux cours d’eau modifié comme pour le Gave de Pau, le Bastan ou encore la Neste.

Plus de 150 demandes de procédures d’urgence

Entre juin 2013 et début 2014, une première phase de travaux, qualifiée d’extrême urgence, a été instaurée afin de mettre en sécurité les personnes et les biens. Afin de faciliter la réalisation de travaux et, dans le cadre de la procédure d’urgence prévue par la Loi sur l’eau, une simplification administrative qui consistait à obtenir uniquement la validation du préfet grâce à un dossier simplifié, a été mise en œuvre. Lors de cette phase, le service départemental des Hautes Pyrénées de l’Onema, avec l’appui de la délégation interrégionale Midi-Pyrénées, est intervenu comme appui technique des services de l’État (DDTM et préfectures) qui l’ont sollicité pour émettre le plus rapidement possible des avis techniques sur près de 150 demandes de procédure d’urgence. L’objectif était de fournir des prescriptions pour améliorer les projets touchant les milieux aquatiques, mais sans avoir la possibilité d’empêcher certains travaux, la sécurité des personnes et des biens primant avant tout.

Une étude pour mieux comprendre les crues

A partir de la fin 2013, une deuxième phase, située entre le cadre de l’urgence et celui de la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques (Lema), a été initiée. Pour cette dernière qui durera près de deux ans, les travaux identifiés devront désormais s’efforcer de prendre en compte la protection des milieux et suivront une procédure proche de la procédure classique, mais avec une instruction accélérée. Ces travaux seront par ailleurs réalisés en fonction d’études d’analyse de la dynamique des crues réalisées en 2013 et terminées récemment. Pilotées par la Dreal et l’Agence de l’eau Adour-Garonne, avec l’expertise de l’Onema et de certaines collectivités, ces études permettent d’avoir une plus grande connaissance de l’évolution des cours d’eau, d’identifier les facteurs humains qui ont pu aggraver le phénomène mais aussi de repérer les points stratégiques (ponts, seuils, gravières...) ayant un impact fort sur l’équilibre dynamique des cours d’eau.

Image : L’usine SHEM amont du Lac des Gaves, sur le Gave de Pau

Juillet 2014
Les Temps Forts 2013