Témoignage de partenaires

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaires

Anne Morin \ Aquaref

 

« Pour assurer la fiabilité des données de surveillance des milieux aquatiques, nous assistons l’Onema dans l’élaboration des règles en matière de prélèvement, de mesures et d’analyse de l’eau. Nous proposons des règles pour harmoniser les pratiques afin que les données soient comparables. Nous organisons par exemple des essais inter laboratoires afin de vérifier que l’analyse des substances dont les niveaux requis sont faibles est bien maîtrisée, mais aussi des essais collaboratifs de prélèvements sur site. En 2007, nous avons ainsi rassemblé sur la rivière Meauldre 14 équipes de préleveurs afin de déterminer l’impact de chaque pratique sur le résultat final. A la lumière de cet essai, nous avons proposé une formation aux préleveurs pour les aider à acquérir des réflexes communs ; elle pourrait conduire à une habilitation individuelle. Nous intervenons aussi sur la codification SANDRE des paramètres et méthodes, utilisée lors des échanges de données sur l’eau, afin de la rationaliser et de faciliter l’exploitation des données quelquefois difficiles ».

Anne Morin est directrice du laboratoire national de référence Aquaref.

 

Christian Lecussan \ Comité national de l’eau

 

« Le système d’information sur l’eau (SIE) est un dispositif indispensable au suivi des questions se rapportant à l’eau. Sur les 20 milliards d’euros dépensés annuellement pour l’ensemble du secteur (assainissement, eau potable, programmes de mesures), 120 millions concernent la production, la bancarisation, le traitement et la diffusion des données. Nous disposons en effet d’une quantité colossale de données, mais qui sont éparpillées. Une organisation efficace permettra de faire des économies tout en répondant à la demande d’information du grand public, des spécialistes, des politiques. Il est donc essentiel d’optimiser la gestion des données pour pouvoir les utiliser en fonction des différents besoins. En tant qu’usagers du SIE, nous participons à la réflexion sur la finalité du système. Il est souhaitable que le projet avance rapidement, même s’il ne suscite pas toujours l’enthousiasme sans doute par manque d’habitude de travailler ensemble. Nous avons à vaincre une résistance au changement autant qu’une problématique technique. Il me semble que la réussite de l’application passe par la volonté de tous de coopérer ».

Christian Lecussan est vice-président du Comité national de l’eau et président du Comité des usagers du système d’information sur l’eau.

 

François Bigorre \ Agence de l’eau Rhin-Meuse

 

« Il y a beaucoup d’acteurs dans le domaine de l’eau et chacun utilisait son propre système informatique. Il faut que nous parvenions à établir un cadre commun pour que les systèmes puissent se parler. Pour prendre une image, je dirai que l’objectif du SNDE est de permettre à l’utilisateur d’accéder à une information, par exemple, un bilan en matière d’eau sur un territoire donné, aussi facilement que nous pouvons tous faire un achat sur internet. Or, c’est très compliqué à réaliser. Ce que les sites marchands ont été les premiers à faire, nous voulons le faire dans le domaine de l’eau. Il nous faut parvenir à mutualiser nos outils et a minima à partager au moins les formats d’échanges quand des contraintes locales imposent de gérer les données un peu différemment. La mise en oeuvre du SNDE doit conduire à rationaliser la production, la gestion et le traitement des données sur l’eau. En tant qu’utilisateur, j’espère gagner du temps sur les phases de production et de collecte de données au profit de leur exploitation ».

François Bigorre, agence de l’eau Rhin-Meuse, est chef de projet du SIE pour le bassin Rhin-Meuse et membre du Groupe de coordination inter bassins (GCIB) du SIE.