Témoignage de partenaires

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaires

Claire Jouve \ Direction départementale des territoires de Saône-et-Loire

 

« Partenaires incontournables de l‘observatoire, les directions départementales des territoires sont responsables entre autres du suivi de l’organisation des services d’eau et d’assainissement. Après avoir initié en 2008 le recensement de ces services, elles en assurent désormais la mise à jour annuelle. Du point de vue de l’organisation des services, la Saône-et-Loire constitue un territoire complexe, avec un nombre important de communes (573) et une intercommunalité peu développée, surtout dans le domaine de l’assainissement collectif. L’observatoire est un projet ambitieux mais il faudrait encore amplifier l’effort de sensibilisation des élus, notamment par un renforcement de la communication au plan national, pour qu’ils prennent conscience de l’intérêt de rendre des comptes à l’usager, d’avoir un historique de leurs services et de disposer d’un outil d’évaluation de leur activité. Les élus et les personnels techniques se montrent d’ailleurs très réceptifs lorsque nous organisons des sessions de formation ou d’information. Enfin, le renforcement de l’équipe dédiée à l’observatoire au niveau national permettrait d’améliorer la fiabilité et l’attractivité de l’outil informatique de l’observatoire. »

 

Daniel Marcovitch \ Comité consultatif du Conseil national de l’eau

 

« Nous avons absolument besoin de transparence dans la politique de l’eau et de l’assainissement. En ce sens, l’observatoire permettra à chaque citoyen d’avoir accès sur un site unique à toutes les données concernant son service d’eau. Mais ce projet d’observatoire est complexe. Nous avons découvert un émiettement des services plus important que notre estimation : près de 36 000 au lieu des 20 000 attendus. À travers cette démarche, nous rassemblons des éléments qui permettent de mieux juger des conditions de gestion des services d’eau, d’identifier les investissements en cours ou ceux qui restent à faire…. C’est un énorme travail pour beaucoup de collectivités, et il faut envisager que ces déclarations puissent être effectuées par un tiers à la demande bien sûr du maire ou du président de l’intercommunalité. Enfin, il faut souligner que c’est une action pionnière ; lors du Forum mondial de l’eau, en février 2009, à Istanbul, nous étions les seuls à présenter une démarche aussi avancée. »

Daniel Marcovitch est conseiller de Paris, président du comité consultatif du Conseil national de l’eau et vice-président du Conseil d’administration de l’Onema.

 

Septembre 2010
Les temps forts 2009

Alain Chosson \ Association de consommateurs CLCV

 

« Il est important pour les consommateurs et usagers d’avoir accès à un certain nombre d’indicateurs liés aux services d’eau et d’assainissement et, parmi eux évidemment, le prix des différents services et la qualité des rapports avec les usagers. L’observatoire, qui va permettre de comparer des indicateurs d’un service à un autre, va dans le sens d’une plus grande transparence et devrait conduire à des effets d’entraînement en termes d’optimisation des services. Cependant, il serait souhaitable d’ajouter un indicateur concernant le prix des contrôles des installations d’assainissement non collectif et la périodicité retenue ; nous avons, en effet, mené une enquête dans ce domaine qui révèle des écarts de 1 à 8 ! D’une manière générale, il est essentiel d’assurer une totale transparence et de bénéficier d’une expertise pluraliste sur la réalité économique de l’ensemble des coûts, l’équilibre des contrats et le calcul des tarifs car de plus en plus de consommateurs refusent de soutenir par l’impôt et les taxes des activités polluantes, tout en payant parallèlement pour dépolluer. Enfin d’une manière générale, la mise en place des commissions consultatives et la qualité des rapports et de la concertation avec les usagers méritent d’être mesurés . »

 

Marc Reneaume \ Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E)

 

« Les entreprises spécialisées et les services publics de l’eau ont tout intérêt à la mise en place de l’observatoire car, bien que le niveau de satisfaction des Français à l’égard des services d’eau atteigne 87 % à 90 %, il existe encore trop souvent d’énormes malentendus sur les prix et les niveaux de performance. L’observatoire apportera ainsi des données objectives qui pourront alimenter plus correctement les débats sur l’eau. La Fédération professionnelle des entreprises de l’eau a été un des moteurs de la démarche. Nous avons été consultés dans la définition des indicateurs et participons à ce travail collectif. Nous soutenons ce projet qui nécessite des moyens importants afin que l’outil atteigne le plus rapidement possible son rythme de croisière. Il nous arrive ainsi d’aider certaines petites collectivités pour lesquelles l’investissement en termes de charge de travail est problématique. Le projet représentera un vrai progrès en donnant accès à tous à une information solide, objective et certifiée par l’Onema. »

Marc Reneaume est président de la FP2E et membre du collège des usagers du comité national de l’eau.

Septembre 2010
Les temps forts 2009