Témoignage de partenaire

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Témoignage de partenaire

François Travade \ Ingénieur senior au laboratoire national d’hydraulique et environnement Direction recherche et développement d’EDF

 

« Je collabore depuis une trentaine d’années avec le pôle étude et développement de l’Onema à Toulouse, sur le thème du franchissement des ouvrages hydroélectriques par les poissons migrateurs. Après le saumon nous sommes passés à l’anguille, aujourd’hui menacée, qui bénéficie depuis 2008 du « plan de gestion anguilles » et d’un programme de R&D anguilles et ouvrages réunissant l’Onema, pilote du programme, les hydroélectriciens, et l’Ademe. C’est essentiellement la mortalité des anguilles à la dévalaison lors du passage dans les turbines qui pose problème. L’Onema et EDF R&D se sont associés pour conduire des études de terrain conséquentes, destinées à chercher des solutions telles que par exemple l’échappement par les vannes de crue ou la mise en oeuvre d’exutoires similaires à ceux utilisés pour le saumon. Au total une vingtaine de personnes s’impliquent en France dans ce programme qui couvre une quinzaine d’actions lourdes. Le budget total s’élève à 4,8 millions d’euros, dont 2,8 proviennent d’EDF qui en fait une priorité. Grâce à cette collaboration les expériences en grandeur nature peuvent ainsi nous faire tous progresser. »

 

Jany Larcher \ DDTM 44

 

« Afin de lutter contre le braconnage des civelles sur l’estuaire de la Loire, nos services se mobilisent aux côtés de l’Onema, de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), du parquet et de la gendarmerie. Avec l’Onema, qui pilote les actions sur le terrain, la collaboration est permanente. A la DDTM, nous sommes en charge de la gestion administrative des données d’infraction et assurons également un lien entre la préfecture et l’Onema. En 2009, nous nous sommes mobilisés pour identifier des circuits de commercialisation non conformes, au confluent de l’Erdre et de la Loire. Des procédures ont été engagées à l’encontre de grossistes sur des sites emblématiques de l’agglomération nantaise. Par ailleurs, en tant qu’acteur indispensable des missions inter services de l’eau, l’Onema est saisi pour avis dans le cadre de toutes les procédures qui sont faites au titre de la loi sur l’eau. Pour 2010, il ne faut surtout pas lâcher la pression sur le terrain, on doit protéger au mieux l’anguille qui est en voie de régression forte : si on ne maitrise pas le braconnage, on maitrisera mal l’effort de pêche. »

Jany Larcher est responsable du service environnement – Direction départementale des territoires et de la mer de Loire-Atlantique (DDTM 44).

 

Alan Walker \ Coordinateur du projet européen POSE, Cefas Laboratory - Suffolk

 

« Le programme européen POSE, que je coordonne, a pour objectif de développer et d’analyser des modèles d’estimation du niveau d’échappement de l’anguille argentée, à partir d’une diversité d’environnements continentaux et côtiers représentatifs de ses habitats. L’étude doit déboucher sur une « boîte à outils », pour comparer les estimations locales de stocks d’anguilles aux objectifs de gestion fixés par le règlement européen, pour dégager ensuite les meilleures pratiques de suivi, de gestion et de conservation de l’anguille européenne. Nous avons sélectionné des séries de données issues d’études de cas « riches en données », « pauvres en données » ou encore « sans données ». Nous allons tester les modèles par rapport aux données réelles et développer des méthodes pour appliquer les résultats aux scénarios de gestion « pauvres en données » ou « sans données ». L’Onema donne l’accès aux données de deux régions françaises : la Bretagne et le Rhône et pilote le développement d’un système qui permettra aux partenaires d’échanger des données et des résultats plus efficacement à l’intérieur du projet. »

 

Guy Pustelnik \ EPIDOR

 

« En 2008, nous avons signé une convention avec EDF, l’État et l’agence de l’eau Adour-Garonne afin de modifier durablement la gestion hydraulique des grands barrages présents sur la Dordogne amont. Le but est d’atténuer les impacts des éclusées provoquées par les grosses variations de débits liées au turbinage, notamment les perturbations du cycle biologique des espèces. Si le phénomène était étudié depuis les années 80, c’est seulement au début des années 2000 qu’il a été pris en compte par les acteurs locaux. Pendant une dizaine d’années, le service départemental de Corrèze de l’Onema a rédigé des procès verbaux à l’encontre d’EDF ce qui a permis l’ouverture d’une instruction. Ces actions se sont révélées décisives pour l’accord qui a été signé. Aujourd’hui, nous bénéficions de l’accompagnement scientifique de la délégation interrégionale Onema de Toulouse. Pour les défis à venir, et notamment le renouvellement des concessions de barrages, nous avons besoin de cette expertise dans l’évaluation des dossiers. Le rôle de police est également primordial pour faire respecter les aspects réglementaires à l’exploitant des barrages, autour des éclusées, mais aussi pour la libre circulation des migrateurs sur les ouvrages aval. J’y attache beaucoup d’importance. »

Guy Pustelnik est président d’EPIDOR, Établissement public territorial du bassin de la Dordogne.

Septembre 2010
Les temps forts 2009