Les jeudis de la restauration des cours d’eau : Partons sur la Blaise

Les jeudis de la restauration des cours d’eau : Partons sur la Blaise

 

Chaque jeudi, nous vous proposons de découvrir un ou deux exemples de restauration de la continuité écologique d’un cours d’eau français, entrepris par un maître d’ouvrage, avec parfois de nombreux partenaires. Ces exemples, anciens ou plus récents, ont été réunis par l’Onema et les agences de l’eau dans un recueil d’expériences sur l’hydromorphologie.

Arasement du vannage du moulin de Reveillon et réaménagement du lit mineur de la Blaise (Eure-et-Loir)

La Blaise, affluent de l’Eure, est un cours d’eau de 45 kilomètres de long, qui draine un bassin versant de 485 km2. De nombreux seuils et barrages présents sur cette rivière représentent un obstacle à la continuité écologique car ils restent, pour la plupart, infranchissables par les poissons. Ainsi, sur la commune de Dreux, la présence d’un seuil de moulin d’une hauteur d’environ 1,50 m favorisait le ralentissement des écoulements et le réchauffement de l’eau et entraînait des phénomènes d’eutrophisation et d’envasement.

 

Le seuil du moulin de Réveillon,vue de l’amont avant effacement.

 

La Blaise en 2008 au niveau de l’ancien seuil,trois mois après son effacement

 

La Blaise en amont du seuil en 2008, après les travaux de restauration du lit mineur.
 

Le Syndicat intercommunal de la vallée de la Blaise a entrepris l’arasement du vannage du moulin de Réveillon sur le cours d’eau dans le but de contribuer au rétablissement de la continuité écologique, de la morphologie et des écoulements naturels de la Blaise. Sept autres ouvrages sont démantelés ou rendus franchissables dans le cadre du programme de restauration de la continuité de la Blaise, établi sur trois ans.
En amont de l’ouvrage, des travaux de restauration du lit mineur ont été réalisés pour redonner au cours d’eau sa largeur originelle et un tracé légèrement sinueux, car l’emprise foncière disponible est quand même contrainte avec la présence d’une route et d’une zone d’activité.
Depuis cette opération, la légère érosion du lit mineur observée juste après les travaux s’est stabilisée et le décolmatage des substrats a offert un habitat favorable à la fraie des truites. Les riverains sont satisfaits des résultats de cette initiative ainsi que le propriétaire, déchargé de ses obligations d’entretien des vannages.

En savoir plus sur l’arasement du vannage du moulin de Reveillon et le réaménagement du lit mineur de la Blaise