Les plaquettes "grand public"

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Les plaquettes "grand public"

Les plaquettes "grand public" ont pour objectif de faire connaître les enjeux environnementaux, les missions de l’Onema dans le contexte réglementaire national et européen, ainsi que le dispositif partenarial mis en jeu de manière synthétique.

 

 

Actuellement disponibles

 

L’observatoire des services

  • Comment lire sa facture d’eau ?
    L’accès à l’eau potable et le traitement des eaux usées sont assurés par les services d’eau potable et d’assainissement, collectif et non collectif. Ces services se rémunèrent en répercutant leurs dépenses sur les abonnés. C’est le principe « l’eau paye l’eau » qui se traduit par l’émission d’une facture d’eau. Cette facture reflète le prix du service fourni.
  • Comment résorber les fuites des réseaux d’eau ?
    En France, les réseaux de distribution d’eau potable s’étirent sur plus de 900 000 kilomètres et représentent plus de 100 milliards d’euros de patrimoine. Les fuites d’eau, ce sont en moyenne près de 22% de l’eau captée et transportée, mais elles peuvent atteindre 40% par endroit.
  • Qu’est ce qu’un service d’eau et d’assainissement ?
    Capter l’eau dans les rivières, les lacs ou les eaux souterraines, la traiter pour la rendre potable, l’acheminer jusqu’au robinet, la collecter une fois utilisée, l’épurer avant de la restituer au milieu naturel Ces différentes étapes constituent un cycle totalement artificiel qui s’appelle le petit cycle de l’eau. Il est assuré par les services publics d’eau et d’assainissement (SPEA) sous la responsabilité des collectivités locales (communes et groupements de communes).

La protection des captages d'eau

Un enjeu du grenelle de l’environnement et un enjeu de santé public. Responsable de la qualité de l’eau distribuée à leurs habitants, les collectivités locales doivent prendre des mesures pour stopper la dégradation de la qualité de l’eau de leur captage d’alimentation en eau potable.


La restauration des cours d’eau

  • Pourquoi restaurer les rivières ?
    Depuis des siècles, l’homme a modifié les cours d’eau pour développer l’agriculture et l’urbanisation, produire de l’énergie, créer des sources d’eau pour l’irrigation, se protéger des crues. Cette détérioration de la morphologie et de l’hydrologie des cours d’eau (hydromorphologie) a des répercussions sur le fonctionnement des milieux aquatiques...
  • Quels types d’actions à mettre en œuvre ?
    Reconstitution du matelas alluvial, reméandrage, effacement ou aménagement d’obstacles… il existe un grand nombre d’action de restauration des cours d’eau.

La continuité écologique

Fleuves, rivières, ruisseaux, torrents, rus… les cours d’eau sont des milieux vivants dans lesquels des espèces aquatiques (poissons, insectes et crustacés...) se déplacent pour se reproduire, se nourrir, se reposer ou encore se protéger. Depuis leur source, les cours d’eau transportent aussi des sédiments (roches, graviers, cailloux, sables...) qui transforment leurs lits, créent des méandres et constituent des habitats, c’est-à-dire des lieux de vie.

Les écrevisses

Les écrevisses sont des crustacés vivant en eau douce, principalement dans les rivières et les étangs. Selon les espèces, elles sont plus ou moins largement réparties sur le territoire mais les populations restantes d’écrevisses autochtones sont relativement discrètes et colonisent surtout les petits ruisseaux.

La mulette perlière

On l’appelle moule ou mulette perlière, ou encore Margaritifera margaritifera en latin… Mais quelle espèce se cache donc derrière ces noms ? Un mollusque bivalve qui vit en eau douce et dont le manteau noir des coquilles contraste avec l’intérieur nacre.

Les passes à poissons

La plupart des poissons effectuent des déplacements plus ou moins importants dans les cours d’eau à la recherche de nourriture, d’abris, de zones et de reproduction… Certaines espèces effectuent des migrations en demeurant en eau douce. La truite remonte les cours d’eau pour trouver des sites de frayères, le brochet pond dans les prairies inondées, les marais.

Les plans d’eau

Que désigne le terme plan d’eau ? Une étendue d’eau plus ou moins profonde d’origine naturelle ou anthropique (liée à une construction humaine). Les plans d’eau peuvent être des lacs, des étangs, des retenues, des carrières ou des parties de marais en eau… Aujourd’hui en France, on les estime à plusieurs milliers. Environ 600 font plus de 50 hectares.

Les poissons migrateurs amphihalins

Pour accomplir leur cycle de vie, certains poissons circulent entre le milieu marin et l’eau douce. Ce grand voyage se fait toujours pour les mêmes raisons : les zones de reproduction et les milieux de croissance ne se trouvent pas dans les mêmes eaux. Ce voyage peut durer d’une journée à plusieurs années. On appelle ces poissons les « migrateurs amphihalins ».

La police de l’eau

La police de l’eau et des milieux aquatiques s’exerce par référence à l’objectif de reconquête du bon état des eaux prévu par la directive cadre européenne sur l’eau et a pour mission de contribuer à une gestion équilibrée de la ressource en eau.

Les zones humides

Estuaires, marais, tourbières, lacs naturels, marais salants, vasières, lagunes… Entre terre et eau, les zones humides sont des milieux exceptionnels que l’on peut découvrir sur l’ensemble du territoire français.

L’Onema en chiffres

L’Onema (Office national de l’eau et des milieux aquatiques) est un établissement public national, créé en 2006. Il dépend du ministère en charge du Développement Durable.