Lettre #20 Onema et Muséum : des synergies au service de la biodiversité

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Lettre #20 Onema et Muséum : des synergies au service de la biodiversité

Rapportage européen, état des lieux de l’ichtyofaune en France, système d’information nature et paysage (SINP), description des espèces protégées… Les chantiers sur lesquels se développent des synergies entre le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et l’Onema se multiplient. Une raison à cela : la complémentarité des savoir-faire favorise l’avancement des connaissances et la mise en œuvre des politiques publiques sur l’eau.

 

Les peuplements de poissons des cours d’eau font l’objet d’un suivi régulier par l’Onema depuis 2006, dans le cadre des programmes de surveillance issus de la directive cadre sur l’eau. Ce suivi s’exerce sur un réseau de plus de 1 500 stations en mobilisant des techniques éprouvées comme la pêche à l’électricité, ou des techniques expérimentales à l’instar de la détection de traces d’ADN dans l’environnement.

 

« La force de l’Onema est très certainement la rigueur dans la collecte des données, explique Caroline Pénil. On sait déployer un protocole identique sur l’ensemble du territoire national, rendant les données consolidables et comparables. »
Mises à disposition d’organismes de recherche, ces données acquises sur plusieurs décennies sont essentielles pour comprendre l’évolution des peuplements de poissons. Elles trouvent leur utilité pour les projets opérationnels comme l’analyse de la portée des actions de restauration, mais aussi en prospective, par exemple pour étudier l’impact du changement climatique.

 
Le rapportage sur l’état de conservation des espèces d’intérêt communautaire à la Commission européenne, organisé tous les 6 ans en lien avec la directive habitat-faune-flore, illustre parfaitement cette collaboration : le pilotage du projet est assuré par le Muséum pour l’ensemble des espèces. Pour les milieux aquatiques, l’Onema a réalisé en 2013 le suivi de 24 taxons animaux : écrevisses, poissons osseux et lamproies. Les données collectées ont donné lieu à la rédaction d’une soixantaine de fiches par l’Onema, confirmant la fragilité des milieux aquatiques. Sont notamment identifiés comme étant en situation « défavorable mauvais » sur tous leurs domaines biogéographiques, l’esturgeon européen, l’alose, la lamproie de rivière, la loche d’étang, le saumon atlantique, l’apron du Rhône.
Caroline Pénil souligne : « Notre partenariat nous amène à étudier quelles données collectées au titre de la DCE peuvent être valorisées dans le cadre de la directive habitat-faune-flore. Cela demande de désagréger les indices ou indicateurs conçus pour la DCE, en revenant aux données d’origine. »

 

Une amélioration des connaissances se dessine sur le terrain de l’identification des espèces piscicoles. Ainsi, le chabot commun appréhendé il y a 6 ans comme un seul taxon s’avère recouvrir 8 nouveaux taxons. L’Onema fait le lien entre les recherches taxonomiques et la réalité terrain en confrontant les nouvelles clefs de détermination des taxons aux résultats des prélèvements et échantillonnages.

 

       Un autre domaine concerne les espèces aquatiques protégées. L’objectif est de guider les gestionnaires de l’eau dans la mise en œuvre de mesures de protection, en leur fournissant des informations pertinentes et compréhensibles sur des espèces menacées comme la Loutre d’Europe, le Triton crêté ou le Balbuzard pêcheur : répartition, statut réglementaire, état de conservation, habitat, alimentation... 12 fiches pédagogiques sont disponibles, résultant d’une coopération entre le Muséum, l’Onema et le Ministère. Les observations des agents de l’Onema sur ces espèces viennent là encore enrichir l’expertise du Muséum.

Tous ces travaux riches d’enseignements témoignent de la valeur des données collectées par l’Onema pour la connaissance et la restauration de la biodiversité aquatique. De nouvelles étapes se dessinent comme la mise au point d’un outil de bancarisation des observations naturalistes.


L’Apron du Rône

Contact : caroline.penil@onema.fr 

Pour en savoir plus




Tendances évolutives des populations de poissons de 1990 à 2009
n°7 - Mai 2013

Consulter la synthèse