Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Une verbalisation, point de départ d’une réflexion pour une meilleure gestion de l’eau

Une verbalisation, point de départ d’une réflexion pour une meilleure gestion de l’eau

Après avoir été verbalisée à deux reprises pour non respect du débit réservé sur le Gardon de Mialet, la Bambouseraie d’Anduze a commencé à réaliser des actions correctrices pour mettre en conformité ses installations de prélèvement d’eau.

Située au pied des Cévennes dans le Gard, la Bambouseraie d’Anduze est un parc de plus de 15 hectares, connu pour sa forêt de bambous et ses nombreuses espèces de plantes. Plus gros préleveur d’eau du Gardon de Mialet, ce site touristique a été verbalisé à deux reprises, en 2009 et 2010, par l’Onema et la DDTM pour non respect du débit minimum réservé (630 l/s). Suite à ces infractions et au lieu d’entamer des procédures judiciaires, le procureur d’Alès a préféré opter pour une régularisation administrative afin de préserver l’activité de cet acteur économique important de ce territoire. En 2011, deux arrêtés de mise en demeure ont ainsi été notifiés à l’exploitant afin que la bambouseraie se mette en conformité et améliore sa gestion de la ressource en eau dans certains délais. De nombreux échanges entre les exploitants du lieu et son bureau d’études BRL, et plusieurs partenaires (la DDTM, l’Onema, préfecture…) ont permis d’identifier différentes pistes d’amélioration.

Différentes solutions pour optimiser la gestion de l’eau

En 2012 et 2013, les premières actions ont été réalisées, notamment pour améliorer le prélèvement de l’eau en raison de pertes importantes. Les travaux d’étanchéité, estimés à 200 000 euros ont été exécutés sur le canal reliant la bambouseraie au Gardon de Mialet, et de nouveaux modes d’irrigation privilégiant l’arrosage en soirée ont également été instaurés. En outre, un système de comptage des prélèvements (canal venturi) a aussi été mis en œuvre. D’ici quelques semaines, la prise d’eau sera également équipée d’un dispositif automatique assurant la restitution du débit réservé à la rivière et suffisant à la rivière. Dispositif dont l’Onema, en appui à la DDTM, a validé les aspects techniques. Enfin, des études ont été menées pour organiser un forage profond afin de mettre en place une ressource de substitution aux prélèvements en rivière. Le site a été identifié et le dossier pour autoriser cette nouvelle prise d’eau est en attente de validation.

Une fois entreprises, ces différentes actions devraient permettre à la Bambouseraie d’Anduze d’être aux normes d’ici 2015.

Données sur l’eau

 

BNPE, la banque nationale des prélèvements en eau

Projet prioritaire du SIE, la BNPE doit permettre d’améliorer et de partager la connaissance sur les volumes d’eau prélevés pour les différents usages. Trois outils constitueront à terme cette banque nationale : une base de données des prélèvements et un site de diffusion des données, tous les deux développés par le BRGM avec le soutien de l’Onema, et un outil destiné aux services de police de l’eau (oasis) sous maîtrise d’ouvrage de la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère en charge de l’écologie. D’un point de vue juridique, l’obstacle à l’alimentation de la BNPE par les données environnementales issues des redevances prélèvement des agences de l’eau, dû au secret professionnel des procédures fiscales, a été levé par la loi de finances rectificative pour 2013. Un décret d’application fixera en 2014 les modalités de mise à disposition de ces données au public et de leur partage par les autorités publiques.

 

Contact : joseph.delvallee@onema.fr (chef du service départemental Onema du Gard)

Juillet 2014
Les Temps Forts 2013