Le 1er janvier 2017, l’Onema, l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels regroupent leurs compétences pour fonder l’Agence française pour la biodiversité. Les ressources techniques et scientifiques continuent à être mises à jour.

Contaminants et pollutions aquatiques - Connaissance des sources et rejets de polluants

Contaminants et pollutions aquatiques - Connaissance des sources et rejets de polluants

  Accueil Contaminants et pollutions aquatiques    Accueil Maîtriser

Connaissance des sources et rejets de polluants     Gestion de la qualité des eaux dans les territoires ruraux     Gestion des pollutions urbaines     Gestion des pollutions industrielles     Gestion des sédiments contaminés     Les programmes de mesures DCE : quelles stratégies de réduction ?


  CONNAISSANCES DES SOURCES ET REJETS DE POLLUANTS  

 
La documentation sur les sources possibles de pollution

 

  • Une contribution très importante à la connaissance des sources de contamination procède de la mise en œuvre de l’Action Nationale de Recherche et de Réduction des Rejets de Substances Dangereuses (RSDE), définie dès 2002. Cette action, d’abord centrée sur les Installations industrielles classées pour la protection de l’environnement (ICPE), s’est étendue en 2010 aux stations d’épuration des eaux usées (STEU).
    L’Onema a récemment soutenu un travail de l’Ineris de synthèse de la campagne de mesure menée entre 2011 et 2013 sur 760 stations de traitement des eaux usées urbaines (STEU) de capacité nominale supérieure à 10 000 équivalents habitants.
    Les synthèses concernant ces deux types d’émetteurs (ICPE et STEU) sont disponibles sur le site RSDE de l’Ineris
     
  • Des fiches technico-économiques sur les sources et usages de nombreux polluants, réalisées et actualisées par l’Ineris, sont disponibles sur le "Portail Substances" de l'Inéris
  • Un tableau de synthèse documentant le croisement des usages et des substances est téléchargeable sur le site RSDE de l'Inéris
  • Un guide pour la réalisation d’inventaires des rejets , émissions et pertes a été mis à disposition en 2015 par l’Ineris (1). Il contribue à répondre à la directive 2008/105/CE (dite Directive Fille de la DCE) qui impose la réalisation de tels inventaires afin de pouvoir quantifier les diminutions de rejets.
  • Une étude pilote illustrative a par ailleurs été conduite récemment par l’Ineris sur le bassin Rhin-Meuse afin de réaliser un inventaire des rejets en appui à la l’élaboration des programmes de mesures, en accentuant l’effort sur des pollutions diffuses d’origines non agricoles, pour 3 métaux (Nickel, Zinc et Cuivre) (2).
  • A la demande de l’Onema, l’OIEau a réalisé en 2016 une étude comparative européenne sur les pratiques de réalisation et d’utilisation des inventaires d’émissions (3).
  • De façon plus spécifique, les alkylphénols sont une famille de molécules sont des résidus de divers produits d’usage courant, dont l’utilisation est aujourd’hui largement restreinte dans le cadre européen, mais qui sont encore fréquemment détectées dans les milieux, et qui sont par ailleurs des substances prioritaires DCE . Leurs émissions vers l’eau doivent pour certaines (cas des nonylphénols) être éliminées à l’horizon 2021. Des études spécifiques relatives aux sources résiduelles d’alkylphénols ont été menées récemment par l’Ineris dans le cadre de sa convention avec l’Onema (4).
  • Une autre famille problématique concerne les Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Un bilan par l’Ineris des méthodes d’identification des sources applicables au domaine de l’eau est disponible (5).

 

 
Pour en savoir plus