Contaminants et pollutions aquatiques - Autres indicateurs de qualité, indicateurs de tendance

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Contaminants et pollutions aquatiques - Autres indicateurs de qualité, indicateurs de tendance

  Accueil Contaminants et pollutions aquatiques    Accueil Qualifier l'état et évaluer les risques

  Les Normes de Qualité Environnementales, valeurs seuils     Les indicateurs de l’état chimique DCE   Autres indicateurs de qualité, indicateurs de tendance     Caractérisation des pressions et évaluation des risques de non atteinte des objectifs environnementaux (RNAOE)     Niveaux d’exposition et effets écotoxicologiques des contaminants aquatiques


 AUTRES INDICATEURS DE QUALITE, INDICATEURS DE TENDANCE

Qualité chimique des eaux souterraines
 

S’agissant de la qualité chimique des eaux souterraines, la DCE impose pour les masses d’eau identifiées en risque de non atteinte des objectifs environnementaux (RNAOE) de repérer les éventuelles tendances à la hausse des contaminants et de mettre en œuvre les mesures pour les inverser si elles sont avérées.

Depuis 2009, le BRGM a mené un travail de longue haleine sur les méthodes statistiques à appliquer selon les chroniques d’évolution de la qualité des eaux souterraines (1). Cela s’est traduit par la mise à disposition d’une utilitaire logiciel « Hype » (2) dédié à l’analyse des séries temporelles de concentrations, et également par des éléments de référence sur le choix des fréquences de prélèvements requises en vue de révéler de façon statistiquement robuste des tendances d’évolution des niveaux de contamination (3).

En parallèle un travail a été mené par Aquaref en vue d’apprécier l’impact de l’incertitude des mesures sur la fiabilité des évaluations de tendances (4).

Par ailleurs, la pollution des eaux souterraines est susceptible d’impacter les écosystèmes de surface, dans la mesure où les eaux de surface sont largement alimentées par les eaux souterraines. La DCE demande que ces impacts soient évalués pour apprécier la qualité des eaux souterraines. Avec le soutien de l’Onema, le Brgm s’est récemment attaché à identifier les paramètres chimiques qui seraient susceptibles d’engendrer de tels impacts (5), puis à explorer les possibilités et limites de la prise en compte de ces ces impacts pour l’évaluation de l’état DCE (6).

La DCE impose enfin d’évaluer l’importance de toute intrusion d’eau saline en particulier anthropiques, dans les masses d’eau souterraines, afin de rechercher le bon état chimique. A cet égard le BRGM a réuni en 2010 un important travail et publie avec l’Onema :

 

  • un fascicule opérationnel pour l’établissement de constat et diagnostic (7),
  • une synthèse sur les mécanismes et l’état des lieux de la salinisation en France (8),
  • une synthèse sur les outils techniques d’interprétation et d’évaluation de la salinité (9),
 
Pour en savoir plus
   Les références :
 

( = nouvelle publication )