Lettre #23 : Des méthodes d’évaluation de l’hydromorphologie et de la continuité écologique adaptées à l’outre-mer

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Jeudi 10 novembre 2016

Lettre #23 : Des méthodes d’évaluation de l’hydromorphologie et de la continuité écologique adaptées à l’outre-mer

L’altération de la morphologie, de l’hydrologie ou encore des continuités biologique et sédimentaire des cours d’eau sont des facteurs importants de la dégradation de leur fonctionnement et des habitats pour les espèces qui y vivent. En outre-mer, depuis 2012, l’Onema apporte son concours à la mise en place de dispositifs adaptés à la connaissance de l’hydromorphologie et de la continuité des rivières, prenant en compte les spécificités écobiogéographiques de ces territoires et les pressions liées aux activités humaines.

 
Évaluer un risque d’altération

Un socle d’évaluation commun – appelé référentiel hydromorphologique ultra-marin – a été développé pour prendre en compte les pressions liées aux activités humaines (notamment l’occupation des sols). Ce système fournit, pour chaque territoire, une cartographie des niveaux de pressions anthropiques subis par les cours d’eau pour prédire, sur la base de probabilités tenant compte de leurs caractéristiques naturelles, les risques d’altération de leur hydromorphologie et de leurs continuités biologique et sédimentaire.
Application de la méthode carhyce à Mayotte
© Laëtitia Boutet-Berry - Onema


« Ce dispositif d’aide à la décision fournit un risque parmi les scénarios les plus probables, et non une observation avérée », explique Karl Kreutzenberger, chef de projet Caractérisation de l'état et des pressions hydromorphologiques à l’Onema. « La confrontation des résultats aux connaissances du terrain reste cependant utile. Sur l’île de La Réunion par exemple, certains cours d’eau sont identifiés en risque pour la continuité sédimentaire, notamment du fait de la présence d’obstacles. Or, sur les secteurs à fortes pentes, enclavés dans des reliefs élevés et peu mobiles, de fortes précipitations peuvent induire une montée des eaux importante et rapide qui, en plus de rendre tout ou partie des obstacles transparents, favorisent, sur des substrats volcaniques peu cohésifs, l’arrachage de matériaux et le charriage de beaux volumes de sédiments ».


 


 

 
Observer et quantifier un niveau d’altération hydromorphologique
Fondée sur une pratique de terrain, la méthode de caractérisation de l’hydromorphologie des cours d’eau (Carhyce) permet d’obtenir diverses connaissances sur les cours d’eau – taille des sédiments, géométrie et colmatage du lit, hydrologie, structure et composition des berges et ripisylve… - visant à quantifier un éventuel niveau d’altération dans leur fonctionnement. Le projet vise à cibler les priorités, orienter les mesures de gestion, voire définir un cadre de travail aux opérations de restauration.
 
Dans le cadre de travaux menés par le CNRS et l’École supérieure des géomètres et topographes, l’évaluation se base sur des modèles statistiques construits à partir de cours d’eau ayant un fonctionnement hydromorphologique dit « de référence », c’est à dire peu impactés par l’activité humaine et donc soumis aux seules contraintes naturelles. L’écart à cette référence définit le niveau d’altération. En outre-mer, ces modèles sont construits et consolidés progressivement, au fur et à mesure des collectes de données venant enrichir les connaissances. Actuellement, des données ont été collectées sur près d’une centaine de stations.
 
Observer et quantifier l’impact des ouvrages sur les espèces aquatiques
Le recueil d’informations sur la continuité écologique (ICE) est une méthode standardisée permettant l’acquisition de connaissances relatives à un ouvrage présent sur un cours d'eau, afin d’en apprécier les caractéristiques et d’estimer s’il est franchissable par les espèces aquatiques. Ce recueil fait l’objet d’une adaptation toujours en cours pour prendre en compte les capacités spécifiques de franchissement des poissons et macrocrustacés : ventousage, marche, reptation...
 
Contact : karl.kreutzenberger@onema.fr