Lettre #21 La ressource en eau et les impacts du changement climatique

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Lettre #21 La ressource en eau et les impacts du changement climatique

Avec les effets du changement climatique, des conséquences sur les ressources en eau sont à prévoir en France. Niveau des aquifères, débit des cours d’eau ou encore superficie des zones humides pourraient être touchés.

Le réchauffement climatique, induit par les activités humaines, ne fait plus aucun doute aujourd’hui. « Un des indices les plus forts est l’élévation du niveau de la mer, avec 3 mm chaque année », précise Jean Jouzel, directeur de recherches au CEA et vice-président du groupe scientifique du Giec*, ajoutant que la France n’échappera pas aux conséquences de ce dérèglement. En fonction des différents scénarios climatiques, des projections indiquent que pour la France, « la sécheresse en été sera amplifiée sur le pourtour méditerranéen, et les hivers sur la façade atlantique de plus en plus cléments se traduiront par des perturbations à répétition et des précipitations importantes. » Bien que ces projections – qui résultent d’association de modèles climatiques et hydrologiques – soient assorties d’incertitudes, les impacts sur la ressource en eau devraient être importants dans l’Hexagone.
       
Des situations de stress hydrique plus marqué


Ainsi, une réduction modérée des précipitations en moyenne sur le territoire français, mais ponctuellement assez forte, est à prévoir. Par ailleurs, avec la hausse de température, « l’évaporation va augmenter en fin d’hiver et début de printemps, conduisant à un stress hydrique plus marqué avec des intensités et des durées de sécheresse du sol plus importantes », note Florence Habets, directrice de recherche en hydrométéorologie au CNRS. Comme l’évaporation sera plus importante, les sols ne vont plus contribuer aux débits ce qui amènera à des étiages plus longs et sévères. « Les têtes de bassins risquent de subir de réels assecs avec des conséquences importantes sur les milieux aquatiques », souligne Florence Habets. De plus, les projections indiquent aussi une diminution conséquente des débits moyens des rivières, de l’ordre de 30 % d’ici 2050, même s’il existe des variabilités spatiales et saisonnières. Ces impacts du changement climatique auront également des conséquences sur les aquifères, dont le niveau piézométrique risque de diminuer et d’atteindre plus fréquemment le seuil exigeant une gestion de crise. Un point essentiel quand on sait que les nappes sont la principale ressource pour la production d’eau potable.

Zones humides et littoral

Les zones humides étant fréquemment alimentées par les nappes, une diminution du niveau de ces dernières aboutirait également à une réduction de l’extension des zones humides. Or, en secteur côtier, ces milieux humides sont des zones tampons qui ont un rôle de protection contre la submersion des aires urbaines situées à proximité, notamment en outre-mer. Le Conservatoire national de la mer et du littoral, dont l’objectif est d’acquérir un tiers du littoral français afin qu’il ne soit ni construit ni artificialisé, doit donc prendre en compte les effets du changement climatique dans sa stratégie. « Depuis 2004, le Conservatoire a initié des études et des colloques sur les effets de la montée des eaux. En 2012, une réflexion sur les impacts socioéconomiques sur les côtes a aussi été réalisée », détaille Viviane Le Dissez, présidente du Conseil d’administration du Conservatoire du littoral et députée des Côtes d’Armor, « il manque toutefois certaines informations sur la notion de hauteur d’eau à intégrer ».
* Giec : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
 
  Contacts : benedict.augeard@onema.fr et frederique.martini@onema.fr 


 
Pour en savoir plus

 Evolutions observées dans les débits des rivières en France

Si les ressources françaises en eau sont globalement suffisantes, il existe des écarts importants entre les régions et selon les périodes de l’année. Ainsi de plus en plus d’épisodes de pénurie observés localement conduisent à des mesures de restriction d’usage de l’eau. Quelle est l’origine du manque de disponibilité d’eau ? La ressource se raréfie-t-elle réellement ? Est-ce lié aux prélèvements humains ou au changement climatique ? Ce document apporte des éléments de réponse à ces questions en analysant les fluctuations de la ressource en eau liées au climat. Il présente l’évolution des régimes hydrologiques (hautes eaux, débits moyens et étiages) des rivières peu ou non influencées par l’action de l’homme en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer, pendant les 40 dernières années. Il s’appuie sur une sélection de stations hydrométriques de notre réseau national, remarquable et précieux par son étendue et sa pérennité.

Collection "Comprendre pour agir" - Décembre 2012



  Eau et climat : l’importance de l’interface entre science et politique

Il ne fait désormais plus aucun doute que le changement climatique est en marche, en grande partie dû à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. Le séminaire « Eau et climat : comment se parlent scientifiques et politiques pour agir ? », événement, labellisé 7e Forum mondial de l’eau et Paris-Climat 2015 (COP21), avait pour objectif de favoriser l’échange entre scientifiques et élus sur le sujet de l’eau et du changement climatique, et d’élaborer ensemble des pistes d’amélioration. Ce dialogue est primordial pour traduire les enseignements de la science en actes concrets de planification et de gestion de l’eau....

Les Rencontres N°30, Mars 2015