Lettre #20 Pour une gestion efficace des espèces invasives

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Lettre #20 Pour une gestion efficace des espèces invasives

Les phénomènes d’invasion biologique peuvent perturber la biodiversité aquatique. Pour les appréhender, les besoins de connaissances sont essentiels. C’est tout le travail de l’Onema depuis 2007, qui en plus d’apporter son soutien aux recherches, coordonne un groupe de travail unique en France.

Une espèce non native introduite par l’homme représente-t-elle toujours un danger pour la biodiversité ? La réponse n’est pas simple. Les travaux de recherches sont donc essentiels pour apporter des réponses aux gestionnaires face à la propagation de ces espèces. Car il y a urgence. En France, territoires ultra-marins inclus, la liste des espèces dites invasives est longue. Qu’elles appartiennent au règne animal ou végétal, qu’elles aient été introduites de manière volontaire ou non, ces espèces se sont rapidement adaptées à leur nouveau milieu au détriment des espèces autochtones, et aujourd’hui les conséquences écologiques et économiques sont réelles.

 

Mettre à profit les résultats de recherche

Depuis 2010, l’Onema soutient financièrement des travaux de recherche, menés notamment par l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et le Muséum national d’Histoire naturelle. Un des derniers projets en date porte sur les écrevisses de Louisiane, présentes en masse dans les marais du parc naturel régional de Brière en Loire-Atlantique. Pendant trois ans, des chercheurs de l’Inra et du CNRS ont cherché à définir l’impact de ces crustacés sur le réseau trophique de l’écosystème à partir d’une méthode d’échantillonnage spécialement mise au point afin de limiter la capture des autres espèces aquatiques.
Les résultats sont sans appel. « La présence de ces écrevisses représente un bouleversement majeur dans l’écosystème en simplifiant la chaine trophique, c’est-à-dire en excluant de nombreuses espèces d’invertébrés aquatiques », résume Nicolas Poulet, chargé du projet pour l’Onema.

Rapidement, l’Onema s’est rendu compte du besoin de communiquer sur les espèces invasives pour répondre aux questions des partenaires locaux, les conseils généraux, les parcs naturels, les fédérations de pèche, les bureaux d’études, les associations… Dès 2008, il met en place un groupe de travail sur les Invasions biologiques en milieux aquatiques (IBMA) pour identifier les besoins des gestionnaires et répondre à leurs besoins et ainsi mettre à profit les résultats des différents projets de recherche que l’Onema accompagne.
En plus de gérer le site internet d’informations www.gt-ibma.eu, le groupe publie une lettre sur les événements en cours, avec des dossiers thématiques et des liens sur les dernières publications scientifiques. Il finalise en ce moment un guide des bonnes pratiques sur les espèces exotiques envahissantes en milieux aquatiques : la première partie de l’ouvrage est consacrée à des informations d’ordre général, la seconde à des exemples d’actions de gestion pour et par les gestionnaires, classés selon les espèces. Le groupe apporte aussi son appui technique au ministère de l’environnement, notamment dans le cadre de l’élaboration du règlement européen sur les espèces invasives en milieux aquatiques.

Un nouveau partenariat avec l’UICN

Créé initialement pour une période de 3 ans avec Irstea, le groupe de travail représente aujourd’hui un réseau d’acteurs unique au niveau national. Depuis janvier 2014, ce partenariat a évolué. Le Comité français de l’Union international pour la conservation de la nature (UICN) succède à l’Irstea pour l’animation et la coordination des activités du groupe.
« L’UICN était déjà membre du groupe de travail notamment pour leurs actions sur les espèces invasives dans les DOM c’est donc tout naturellement que nous nous sommes rapprochés d’eux », explique Nicolas Poulet.

Contact : nicolas.poulet@onema.fr

 

Voir aussi :

 

À l’heure où la reconquête et la préservation du bon état des milieux aquatiques s’imposent comme des enjeux écologiques et sociétaux essentiels, la question des écrevisses invasives constitue une préoccupation majeure pour de nombreux gestionnaires et acteurs de l’eau.
Cet ouvrage présente les résultats du séminaire 1ères Rencontres nationales sur les Ecrevisses exotiques invasives


Les Rencontres-Synthèses - Octobre 2013

 

Les espèces invasives sont l’une des principales pressions qui s’exercent sur les écosystèmes. L’Onema et Irstea ont organisé à Paris un séminaire les 12, 13 et 14 octobre 2010 sur la gestion de ces espèces dans les milieux aquatiques, réunissant plus de 130 chercheurs et gestionnaires des milieux aquatiques
Les Rencontres N°9, Mai 2011