Lettre #20 ADN environnemental : une technique innovante pour l’étude de la biodiversité

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Lettre #20 ADN environnemental : une technique innovante pour l’étude de la biodiversité

©Carl Vivian

La pêche électrique est couramment utilisée pour suivre le peuplement piscicole d’un cours d’eau mais elle montre ses limites. L’Onema, en partenariat avec le laboratoire d’écologie alpine (Leca), Irstea et la société Spygen, a lancé un projet de développement de l’ADN environnemental, une technique basée sur la détection des traces d’ADN laissées par les organismes dans l’environnement. Cette approche récente a déjà montré des résultats encourageants pour le suivi des espèces rares. Cette méthode pourrait permettre de réaliser des inventaires piscicoles à grande échelle, en un minimum de temps et de de coût. Mais elle n’a pas vocation à remplacer la pêche électrique car elle ne permet pas de quantifier la densité des espèces, ni de mesurer la taille des individus. A ce jour, plus de 90 espèces de poissons ont été séquencées. Les recherches actuelles portent sur les questions de détectabilité, des modes et stratégies d’échantillonnage de l’eau et de la finalisation de la base de références moléculaires des espèces piscicoles. Des travaux portant sur d’autres espèces aquatiques sont en cours en partenariat avec Spygen (bivalves, amphibiens, odonates, etc.) et l’Inra (diatomées).

Contact : nicolas.poulet@onema.fr

 

Issu de La Lettre #20- Automne 2014