Les jeudis de la restauration : partons sur le Miodet et le Redon

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Les jeudis de la restauration : partons sur le Miodet et le Redon

Chaque jeudi, nous vous proposons de découvrir un ou deux exemples de restauration hydromorphologique d’un cours d’eau français, entrepris par un maître d’ouvrage, avec parfois de nombreux partenaires. Ces exemples, anciens ou plus récents, ont été réunis par l’Onema et les agences de l’eau dans un recueil d’expériences sur l’hydromorphologie.
 

Effacement du seuil de Chelles Basse sur le Miodet (Puy-de-Dôme

 

 

Le seuil de Chelles Basse avant les travaux d’effacement. Début de végétalisation dans l’ancienne retenue, trois mois après les travaux (photos : Alain Bonnet - Onema).

 

Affluent de la Dore, le Miodet, non classé au titre du L 432-6 est ponctué sur tout son cours, de plus d’une trentaine d’ouvrages hydrauliques. L’outil contrat de rivière CRE Dore-Moyenne et la motivation du propriétaire ont permis l’effacement du seuil de Chelles Basses, haut de 4,5 m, sans usage, dans le but de réduire le risque sécuritaire liée l’ouvrage et de restaurer la continuité écologique. Suite à la suppression de l’ouvrage, le milieu s’est diversifié et le retour d’une granulométrie hétérogène ainsi que l’apparition de radiers en amont de l’ancienne retenue sont également constatés. Le transport des sédiments est rétabli ainsi que la libre circulation des poissons sur 4 km, cependant le linéaire est limité par la présence d’un ouvrage de 27 m en aval. Les zones de radiers ainsi libérées sont désormais disponibles à la fraie des espèces piscicoles comme la truite et le chabot. Le prochain CRE inclura de nouvelles actions de restauration de la continuité écologique avec une attention accrue sur la concertation.

En savoir plus sur l’ Effacement du seuil de Chelles Basse sur le Miodet

 

 
En savoir plus sur l’Effacement total ou partiel d’obstacles transversaux
 

 

Remise à ciel ouvert du Redon à Margencel (Haute-Savoie)

 

Le Redon aval enterré en 2007, avant travaux, puis en 2009, deux ans après les travaux de restauration (photos : SYMASOL).

 

Suite à la cessation d’activité de la carrière où se trouvait la partie busée du cours d’eau, le Syndicat mixte des affluents du sud-ouest lémanique a réalisé la remise à ciel ouvert d’une portion de 230 m du Redon. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du contrat de rivière. Ils ont permis le rétablissement de la continuité écologique entre le Redon et le lac Léman et, par conséquent, la remontée des truites sur la totalité du linéaire du cours d’eau. Quatre ans après les travaux, les suivis montrent une forte colonisation du Redon par les truites - déjà observée 6 mois après la réouverture - et une stabilisation du peuplement sur le secteur rouvert, ce qui satisfait grandement les élus, riverains et pêcheurs. Cette opération a été largement valorisée par diverses opérations de communication.

 
En savoir plus sur la Remise à ciel ouvert du Redon à Margencel