Les jeudis de la restauration des cours d’eau reprennent : partons sur la Sienne et la Vezouze

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Vendredi 15 novembre 2013

Les jeudis de la restauration des cours d’eau reprennent : partons sur la Sienne et la Vezouze

Chaque jeudi, nous vous proposons de découvrir un ou deux exemples de restauration hydromorphologique d’un cours d’eau français, entrepris par un maître d’ouvrage, avec parfois de nombreux partenaires. Ces exemples, anciens ou plus récents, ont été réunis par l’Onema et les agences de l’eau dans un recueil d’expériences sur l’hydromorphologie.

 Effacement du seuil du Moulin de Ver sur la Sienne

La Sienne, qui se jette dans la Manche, est un cours d’eau classé pour la présence de grands migrateurs, tels que le saumon atlantique, la lamproie marine et l’anguille. Une quarantaine d’ouvrages hydrauliques jalonnent et cloisonnent ce cours d’eau, la plupart d’entre eux n’ayant plus d’usage économique.

Vue aérienne du site du Moulin de Ver, avant effacement (avril 2006) et après (automne 2011).

Le seuil du moulin de Ver, constituait, malgré ses vannes ouvertes, un obstacle à l’écoulement et à la continuité piscicole. Suite à une concertation entre les services de l’État et le propriétaire, ce dernier a accepté la suppression totale de l’ouvrage, au regard des enjeux sécuritaires (vétusté de l’ouvrage) et des enjeux réglementaires liés au classement du cours d’eau.

L’effacement a grandement amélioré les conditions de remontée des salmonidés, de l’anguille et de la lamproie marine entre la Manche et la confluence avec l’Airou, affluent favorable à la reproduction du saumon atlantique. Des zones d’écoulement rapide ont réapparu libérant 2 400 m² de surface disponible pour la fraie des espèces piscicoles. En 2012, soit 2 ans après l’effacement, le milieu semble avoir évolué rapidement : des frayères à lamproie ont été localisées dans l’emprise de l’ancienne retenue et des échantillonnages ont montré la présence de juvéniles de saumon. Les mesures de suivi continuent. Elles permettront de suivre l’évolution écologique du cours d’eau, notamment l’activité de reproduction des saumons dans les affluents amont.

En savoir plus sur l’Effacement du seuil du Moulin de Ver sur la Sienne

 

 Création de chenaux de crues et restauration des échanges entre lit majeur et lit mineur sur la Vezouze

Le lit majeur de la Vezouze lors de la phase de travaux (juillet 2007) et après (décembre 2007) : création d’un chenal de crue en rive gauche. (Photos Philippe Russo - Agence de l’eau Rhin-Meuse)

La suppression de la digue de protection de Luneville a permis la restauration du champ d’expansion des crues, une diversification des habitats en lit majeur et la reconnexion du lit majeur avec le lit mineur. Ce projet à multi-objectifs a permis d’allier une gestion tout à fait satisfaisante des inondations et l’amélioration de l’état écologique de la rivière. Les résultats des suivis attestent des effets positifs des travaux pour la biodiversité. La flore retrouvée est caractéristique des milieux humides. Les habitants, satisfaits notamment de l’amélioration de l’aspect paysager du secteur, se sont réappropriés le site et le fréquentent désormais régulièrement.