Les jeudis de la restauration des cours d’eau : Partons sur l’Allier

Les jeudis de la restauration des cours d’eau : Partons sur l’Allier

 

Chaque jeudi, nous vous proposons de découvrir un ou deux exemples de restauration de la continuité écologique d’un cours d’eau français, entrepris par un maître d’ouvrage, avec parfois de nombreux partenaires. Ces exemples, anciens ou plus récents, ont été réunis par l’Onema et les agences de l’eau dans un recueil d’expériences sur l’hydromorphologie.

Effacement du barrage sur l’Allier à Saint-Étienne-du-Vigan (Haute-Loire, Lozère)

En Haute-Loire, le barrage de Saint Etienne du Vigan, qui alimente l’usine de production d’hydroélectricité pour les communes de Langogne et de Pradelles, a été construit sur l’Allier en 1895. D’une hauteur de 14 mètres, le barrage crée une retenue d’eau d’environ 900 m. Les sédiments retenus derrière le barrage sont estimés à 30 000 m3. Aucun dispositif de franchissement piscicole n’est installé alors que l’Allier dispose d’un fort potentiel biologique pour les poissons migrateurs, notamment les salmonidés.

 
Le site du barrage de
Saint-Étienne-du-Vigan en 1996

Le site après démolition
du barrage en 1998.
Le site à la fin des travaux de
restauration, octobre 1998.
 

Afin de rétablir la continuité écologique, le barrage et le bâtiment d’usine ont été totalement effacés par EDF à la fin des années 90. Ces travaux ont été entrepris dans le cadre du "Plan Loire Grandeur Nature". Un an après l’effacement, des frayères à saumons ont été observées à l’amont du barrage et, l’année suivante, les frayères observées représentaient 15% du total des frayères de l’ensemble de l’Allier. Toutefois la présence d’autres barrages en aval comme celui de Poutès-Monistrol limite la capacité de colonisation du Haut Allier par les saumons. Cette opération s’est accompagnée par la mise en place d’un programme d’actions de développement économique pour la commune.

 

En savoir plus sur l’Effacement du barrage sur l’Allier à Saint-Étienne-du-Vigan