L'Onema au service de la biodiversité aquatique

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.
Vendredi 20 mai 2016

L'Onema au service de la biodiversité aquatique

Le 22 mai a été déclaré Journée internationale de la biodiversité par les Nations Unies. Cette journée commémore l’adoption du texte de la Convention le 22 mai 1992.



La journée internationale de la biodiversité se déroule cette année dans un contexte particulier en France, avec l’adoption prochaine de la Loi Biodiversité qui va créer l’Agence française pour la biodiversité. L’Onema est l’un des quatre établissements qui intègrent cette nouvelle agence au service de la biodiversité terrestre, maritime et aquatique. Actuellement, l’Onema accompagne la politique publique qui vise à la non-dégradation de la ressource en eau et des milieux aquatiques. Améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, c’est agir en faveur de la biodiversité aquatique. L’Onema œuvre pour la biodiversité à travers la préservation d’espèces remarquables, la connaissance et la préservation des espèces plus communes ou la gestion des espèces invasives

La sauvegarde des poissons migrateurs

Suivis scientifiques, soutien aux plans de gestion, études R&D, lutte anti-braconnage… L’Onema s’implique dans différentes missions complémentaires pour préserver et restaurer les populations des poissons migrateurs...

Aujourd’hui, en France comme en Europe, la majorité des espèces de poissons dits grands migrateurs, c’est-à-dire vivant alternativement en eau douce et en mer, sont en danger.

La perte et le fractionnement de leurs habitats, la baisse de qualité des eaux, et la surexploitation due à la pêche, conjugués au phénomène de réchauffement climatique, sont autant de causes du déclin de populations de ces poissons amphihalins. Nombre de ces derniers, comme l’esturgeon ou l’anguille, sont désormais menacés d’extinction.

Face à ce constat, de nombreux acteurs impliqués dans la gestion des milieux aquatiques, en particulier l’Onema, mettent en place des mesures pour favoriser la sauvegarde des onze espèces amphihalines présentes en métropole.

en savoir plus

Voir le site "Poissons migrateurs et restauration des cours d’eau"

Voir aussi le site restauration des cours d’eau

Le programme français de repeuplement en civelles

Dans le cadre du plan national de gestion de l’anguille européenne, différentes mesures ont été mises en œuvre. Parmi elles, les opérations de repeuplement consistent à déverser des civelles dans des milieux naturels en bon état écologique, avec des potentialités d’accueil et de croissance sous-utilisées et un taux de survie optimal.Mises en place dès 2010 sur le territoire national, ces opérations font l’objet d’un suivi scientifique jusqu’à 3 ans après le déversement afin d’en évaluer l’efficacité.

En savoir plus sur ce programme de repeuplement en civelles

Le plan de gestion de l’anguille en France
 

Un  appel à projets en faveur du repeuplement de l'anguille
Le Ministère en charge de l’environnement avec le soutien technique et financier de l’Onema ont mis en place un programme de repeuplement de l’anguille dans les différentes unités de gestion de l’anguille issues du Plan de gestion de l’anguille. Il vise à susciter des projets de repeuplement dans les unités de gestion de l’anguille de Bretagne (UGA BRE), de Loire - Sèvre niortaise - côtiers vendéens (UGA LCV) et Garonne - Dordogne – Charente (UGA GDC) pour la campagne de pêche 2015-2016.

L’appel à projet en faveur du repeuplement de l’anguille

 

xxx

Un film pour préserver les poissons migrateurs

Préserver les poissons migrateurs - exemple sur les gaves pyrénéens

Un film produit par l’Onema, destiné à sensibiliser le grand public, les élus et les pouvoirs publics sur la situation inquiétante des grands poissons migrateurs en France et par extension, dans le monde.

 

Journée mondiale des poissons migrateurs, l’Onema participe

Présentation de l’événement organisé par les agents de l’Onema avec l’EPTB Bresle pour présenter les sites de préservation des poissons migrateurs, sur la rivière Bresle (Seine Maritime)

En savoir plus sur le programme de la journée

Le suivi scientifique du saumon et de la truite de mer sur la Bresle

Retour sur le colloque "LIFE+ Alose" de Bergerac (Dordogne)


Le colloque des 14 et 15 octobre 2015, avait pour objectif de restituer les résultats du programme LIFE+ Alose et de présenter d’autres exemples de gestion des aloses dans le monde, en particulier en Allemagne, au Royaume Uni, au Portugal, aux Etats Unis.
Le programme LIFE + Alose a été initié en 2011 avec deux objectifs, poursuivre la politique de réintroduction débutée en 2007 sur le Rhin à partir de la population de Gironde-Garonne-Dordogne et avoir une meilleure connaissance de la population d’Alose et sauvegarder les populations locales en forte régression.

L’Onema a apporté son soutien financier et son expertise technique dans l’organisation de ce colloque.

Les interventions du colloque


 


Les espèces aquatiques en France


Quels poissons peuplent nos rivières ? Une application pour tout savoir en un clic

L’application « Qualité rivière » permet désormais de consulter via smartphone et tablette les espèces de poissons qui vivent et circulent dans les rivières de France.

  En savoir plus

  De nouvelles fiches pédagogiques sur les espèces aquatiques protégées sont désormais disponibles pour les gestionnaires de l’eau

Ces fiches contiennent l’essentiel de l’information sur chacune de ces espèces protégées : répartition en France, statut réglementaire, état de conservation, description des habitats particuliers, alimentation, périodes de reproduction.

Voir les fiches

 

  Les espèces exotiques envahissantes, un risque pour les milieux aquatiques

Les espèces exotiques envahissantes (EEE) et les impacts qu’elles engendrent sont une préoccupation croissante pour les gestionnaires des milieux aquatiques. L’Onema a publié un ouvrage en deux volumes « Connaissances pratiques et Expériences de gestion ». Ils s’intéressent à la gestion des espèces exotiques envahissantes des milieux aquatiques : où en sont les connaissances ? Quel est l’état de la législation en vigueur et quelles préconisations formuler ? Sur le terrain, quelles espèces font déjà l’objet d’interventions de gestion ? Quelles sont les techniques utilisées, dans quels contextes et avec quels objectifs et quels résultats ?

Les espèces exotiques envahissantes dans les milieux aquatiques - Connaissances pratiques /  Expériences de gestion​

 

Les zones humides, écrin de la biodiversité

Écrin de la biodiversité, les zones humides abritent d’innombrables espèces végétales et animales : 50% des espèces d’oiseaux en dépendent ; Elles accueillent des oiseaux migrateurs en nombre. Elles sont indispensables à la reproduction des batraciens et la plupart des espèces de poissons ; 30% des espèces végétales remarquables et menacées en France y sont inféodées. D’où l’importance de les préserver mais également d’informer et de sensibiliser sur la richesse de ces territoires hors du commun.

Retrouvez sur le portail national dédié aux Zones humides les multiples facettes de ces milieux qui se caractérisent par une biodiversité exceptionnelle...

Voir le portail zones humides


  Pour une gestion efficace des espèces invasives

Les phénomènes d’invasion biologique peuvent perturber la biodiversité aquatique. Pour les appréhender, les besoins de connaissances sont essentiels. C’est tout le travail de l’Onema depuis 2007, qui en plus d’apporter son soutien aux recherches, coordonne un groupe de travail unique en France. 



en savoir plus

  Voir aussi le site : Invasions biologiques en milieux aquatiques


L’étude de la biodiversité

  L’ADN environnemental : une technique innovante pour l’étude de la biodiversité

L’Onema accompagne le 1er programme de suivi des espèces de poissons d’eau douce en France par la technique de l’ADN evironnemental.

en savoir plus

  Bioindication : miroir de l’état des milieux

Perlidas

Dans un milieu naturel, l’état de la biodiversité locale (faune, flore) fournit de nombreuses indications sur le niveau de perturbation de l’écosystème. En particulier, il est possible de quantifier l’écart entre les peuplements observés in situ pour un groupe donné (poissons, invertébrés, algues…) et ceux qui seraient présents dans un milieu du même type, mais exempt de pressions.
Évaluer l’état d’un milieu naturel par l’étude de ses communautés biologiques : c’est le principe des méthodes de bioindication, dont le développement génère un important effort de recherche partenariale dans le contexte de la directive cadre sur l’eau...

en savoir plus

 

La biodiversité aquatique en infographie...

 

Extrait de "L’eau pour tous "qui illustre en 7 points la gestion de l’eau dans un bassin versant