L’information sur l’eau, les milieux aquatiques et leurs usages

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

L’information sur l’eau, les milieux aquatiques et leurs usages

L’Onema pilote fonctionnel national du SIE
Le système d’information sur l’eau (SIE) est conçu pour répondre aux besoins des parties prenantes (y compris le grand public) en matière d’information environnementale publique dans le domaine de l’eau. L’enjeu : disposer d’un outil national, homogène et à fonctionnement partenarial, au service d’une gestion de l’eau pilotée par la connaissance et permettant d’évaluer les politiques, au niveau européen mais également à l’échelle des bassins.

L’Onema assure le pilotage fonctionnel national du système, c’est-à-dire l’animation du dispositif partenarial dans une logique de subsidiarité avec les bassins. Il organise le recueil et la valorisation des informations, notamment dans le cadre du système européen d’information sur l’eau.

Afin de permettre la compilation, la comparaison, l’utilisation transversale et la diffusion des données sur l’eau, l’Onema élabore des règles communes aux différents opérateurs en matière de :

 - systèmes d’information (normalisation des méthodes de prélèvement et de collecte, interopérabilité des systèmes, référentiels communs, principes d’architecture des banques de données, etc.) ;

 - méthodologies d’évaluation des eaux pour fonder les stratégies de restauration de leur bon état.

Pour en savoir plus, consultez le dossier de l’Onema sur le SIE (pdf)

Un réseau précieux d’observation et de connaissance des milieux aquatiques
Grâce à ses personnels répartis sur l’ensemble du territoire national, l’Onema recueille, gère et valorise certaines données sur les paramètres hydrobiologiques (volet piscicole) des eaux continentales de surface et de leur état hydromorphologique.

L’établissement assure aussi le suivi des espèces patrimoniales (migrateurs, espèces sensibles Natura 2000, espèces sentinelles du contrôle des usages) et de zones sensibles (zones humides par exemple).

Des méthodes standardisées assurent la conformité des pratiques de collecte et l’homogénéité des données, notamment en ce qui concerne l’échantillonnage des peuplements et le diagnostic de l’état biologique des milieux.