Données sur l’eau

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Données sur l’eau

La mise en place d’une pratique harmonisée et fiable des opérations de prélèvement d’eau est primordiale au regard de la surveillance exigée par la directive cadre sur l’eau. En ce sens, l’Onema a financé un essai d’inter comparaison national de recueil d’échantillons sur plan d’eau, sur le lac de Paladru en Isère, pour l’analyse des paramètres physico-chimiques et de polluants.

Les programmes de surveillance, imposés aux Etats membres par la directive européenne sur l’eau, nécessitent l’acquisition de nombreuses données. En France, différents organismes - souvent les laboratoires d’analyse eux-mêmes - ou bureaux d’études effectuent les prélèvements d’échantillon d’eau nécessaires pour les fournir ensuite aux laboratoires pour analyse physicochimique.

« Alors que les laboratoires d’analyse doivent être agréés par le ministère de l’environnement et sont audités régulièrement par le comité français d’accréditation, les opérations de prélèvement font l’objet de beaucoup moins d’attention » souligne Bénédicte Lepot de l’Ineris. Pourtant, les pratiques de prélèvement - très variables d’un préleveur à l’autre - peuvent avoir un impact non négligeable sur la qualité de la donnée finale. D’où l’importance d’en assurer la qualité et la fiabilité et de recourir à des méthodes de prélèvement harmonisées entre les différents « préleveurs ».

Afin d’évaluer l’impact des opérations de prélèvement d’eau sur la variabilité des résultats et améliorer les pratiques, deux essais d’intercomparaison ont été organisés en 2007 et 2009, le premier pour les prélèvements en cours d’eau et, le second pour ceux en eaux souterraines. Les résultats ont déjà permis à l’Onema de bâtir, avec l’Ineris, un projet de formation sur la pratique de prélèvement en cours d’eau. De même, un projet de formation pour le prélèvement en eaux souterraines est à l’étude avec le BRGM .

Une cinquantaine de personnes réunies sur le lac Paladru

Restaient les plans d’eau. C’est chose faite. Un essai, financé par l’Onema, a été organisé par l’Ineris, le LNE et l’Inra les 22 et 23 juin derniers, sur le lac Paladru en Isère. Cet essai a réuni des préleveurs issus de bureaux d’études, laboratoires et services de l’Etat travaillant dans le cadre du « Réseau de contrôle de surveillance plan d’eau », sélectionnés en partenariat avec les agences de l’eau, mais également des observateurs agences de l’eau et DREAL, soit environ une cinquantaine de personnes réunies à l’occasion de cette opération

Après avoir réalisé sur la berge un contrôle des appareils de mesure, les 10 préleveurs ont rejoint chacun leur embarcation personnelle dotée de leurs appareils de mesure habituels. Chaque préleveur était accompagné d’un observateur chargé de noter les techniques et le matériel mis en œuvre par le préleveur. Après s’être rendus à un point de ralliement sur le lac préalablement choisi pour cette opération, les préleveurs ont procédé, tous en même temps, à des mesures de paramètre et à deux opérations de prélèvement comme l’exige la DCE pour la surveillance des plans d’eau : un prélèvement intégré dans la zone supérieure du lac et un prélèvement de fond sur la colonne d’eau.

Les échantillons d’eau ont ensuite été transportés au laboratoire de l’Ineris où ils sont en cours d’analyse dans des conditions identiques. Les résultats obtenus, qui seront communiqués début 2011, permettront d’identifier les bonnes pratiques de prélèvement en plan d’eau et de bâtir un projet de formation des préleveurs en plan d’eau.

En parallèle, l’Onema étudie la possibilité de délivrer un certificat d’habilitation « préleveurs » adapté aux différents domaines (cours d’eau, eaux souterraines…)..

  contact : christian.jourdan@onema.fr

Article issu de La Lettre #8 - septembre 2010