Diminuer l’usage des produits phytosanitaires

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Diminuer l’usage des produits phytosanitaires

Réduire l’utilisation des pesticides, c’est à la fois garantir la santé des consommateurs et des agriculteurs mais aussi préserver la qualité de l’eau, des sols et la biodiversité. Le plan Écophyto 2018 vise à diviser par deux, en 10 ans si possible, la quantité de pesticides émis au niveau national. La loi de finances 2009 a confié à l’Onema l’appui financier à certaines actions de ce programme, à l’aide d’une fraction de la redevance pour pollution diffuse, payée par les distributeurs de produits phytosanitaires. Fin 2010, près de 36,5 millions d’euros ont déjà été engagés à cette fin.

Dans le programme Écophyto, l’Onema aide des actions collectives et d’intérêt national. Ces aides complètent celles des ministères. Les agences de l’eau peuvent intervenir au travers d’aides individualisées, notamment aux exploitations agricoles.

Renforcer les réseaux de surveillance sur les bio-agresseurs (axe 5)

La quasi-totalité des régions et des filières agricoles se sont dotées de réseaux de surveillance des bio-agresseurs, mobilisant de nombreux acteurs autour de l’observation et de la rédaction des nouveaux bulletins de santé du végétal. Ces bulletins fournissent aux agriculteurs et au conseil agricole des données sur la dynamique des organismes nuisibles sur le territoire. Ces informations doivent leur permettre d’éviter des traitements préventifs systématiques et de limiter l’application des pesticides aux seules parcelles réellement menacées.

Généraliser les systèmes agricoles de cultures économes en pesticides (axe 2)

Le réseau des exploitations agricoles des lycées d’enseignement agricole a été mobilisé dès 2010 afin d’expérimenter des systèmes de cultures économes en pesticides et de dégager les bases des futurs enseignements. Par ailleurs, début 2011, un réseau de près de 1 200 fermes sera déployé en métropole et dans les DOM, regroupant différents types de production afin d’expérimenter, d’enregistrer des données et de diffuser des solutions efficaces pour réduire l’usage de pesticides en agriculture.

Former (axe 4)

La formation et la certification des acteurs professionnels à l’utilisation des pesticides a été expérimentée sur plus d’un an, formant près de 120 000 chefs d’exploitation. Ils ont été sensibilisés à l’impact de l’usage des pesticides sur les utilisateurs, les consommateurs, la biosphère et les masses d’eau.

Communication (axe 8)

L’Onema, en lien avec le ministère en charge du développement durable, a mis en oeuvre une campagne de communication vers les jardiniers amateurs, afin de les sensibiliser aux risques liés à l’emploi des pesticides pour l’ensemble des « usagers » des jardins.

Recherche et développement (axe 3)

Diverses études sont engagées portant sur des solutions alternatives à l’emploi des pesticides, des outils d’aide à la décision pour améliorer leur utilisation vers une réduction d’usage, l’analyse des impacts sur l’eau et les possibilités de leur réduction...

Action spécifiques à l’outre-mer (axe 6)

Dans les départements d’outre-mer, des expérimentations spécifiques sont conduites et un appui est apporté à l’organisation des acteurs professionnels locaux dans la mise en oeuvre du plan dans ces territoires.

Zones non agricoles (axe 7)

Des acteurs professionnels en zones non agricole se sont engagés dans des actions de production et de mise à disposition de documents techniques aux acteurs professionnels ou aux jardiniers amateurs.

Autres financements (axe 1)

Enfin, l’Onema a assuré le suivi des ventes des pesticides via la bancarisation des déclarations des distributeurs aux agences de l’eau ainsi que la préparation d’enquêtes agricoles sur les grandes cultures et la viticulture et l’usage des pesticides.

Contact : bruno.canus@onema.fr

Juillet 2011
Les temps forts 2010