Contaminants et pollutions aquatiques - Caractérisation des pressions et évaluation des risques de non atteinte des objectifs environnementaux (RNAOE)

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Contaminants et pollutions aquatiques - Caractérisation des pressions et évaluation des risques de non atteinte des objectifs environnementaux (RNAOE)

  Accueil Contaminants et pollutions aquatiques    Accueil Qualifier l'état et évaluer les risques

  Les Normes de Qualité Environnementales, valeurs seuils     Les indicateurs de l’état chimique DCE     Autres indicateurs de qualité, indicateurs de tendance   Caractérisation des pressions polluantes et évaluation des RNAOE     Niveaux d’exposition et effets écotoxicologiques des contaminants aquatiques


CARACTERISATION DES PRESSIONS ET EVALUATION DES RISQUES DE NON ATTEINTE DES OBJECTIFS ENVIRONNEMENTAUX (RNAOE)  

Une meilleure connaissance (à des échelles pertinentes) de l’impact des activités émettrices des polluants contribue à l’évaluation des risques de non atteinte des objectifs environnementaux et à l’estimation de l’état des masses d’eau non surveillées.

 

Les pressions polluantes atmosphériques

L’inventaire national spatialisé des émissions atmosphériques

Un document (1) a été produit par l’Ineris qui présente l’inventaire national spatialisé (INS) dont la version actuelle recense les émissions atmosphériques de nombreux polluants pour l’année 2004, et son intérêt pour la mise en œuvre de la directive cadre sur l’eau (DCE - 2000/60/EC).

Quatre substances sont étudiées dans ce rapport :

 

  • Le plomb,
  • Le cadmium,
  • Le Benzo(G,H,I)Pérylène,
  • Le Indeno(1,2,3)Pyrène.

Dépôts d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Les HAP constituent la cause majeure de déclassement de l’état chimique DCE des masses d’eau. L’Ineris a étudié des relations entre les concentrations de HAP dans les cours d’eau et les sources atmosphériques de HAP (2). Une base de données a été spécifiquement constituée afin d’évaluer les liens entre les concentrations de HAP (BaP, BbF et BkF) mesurées dans les cours d’eau français et les retombées atmosphériques de ces polluants simulées par le modèle CHIMERE. Les données de dépôt sont issues des simulations réalisées avec le modèle de chimie-transport CHIMERE. Des traitements SIG appropriés ont été réalisés afin d’associer entre eux ces différents types de données..
 
Pressions polluantes d’origines industrielles sur les eaux souterraines
 

Dans le cadre de l’élaboration des futurs plans de gestion DCE, l’identification des masses d’eau souterraines susceptibles de ne pas atteindre les objectifs de bon état comprend l’évaluation des impacts potentiels des pressions polluantes s’y exerçant. Entre autres pressions, les pollutions d’origines industrielles posent des problèmes d’ordre méthodologique pour l’évaluation du risque DCE. L’Onema a récemment soutenu une étude du Brgm qui propose une approche « optimisée » sur la base des données disponibles et des retours d’expérience du cycle DCE précédent (3).

Outils pour l'évaluation des risques liés aux pollutions diffuses d'origine agricole

Des outils d’évaluation du risque de contamination des eaux (de surface et souterraines) par les nutriments et les pesticides ont été initiés et développés par différents organismes de recherche (INRA, Irstea, BRGM, CIRAD). Ces outils ont vocation à aider les agences de l’eau, DREALs en métropole et Offices de l’eau et DEALs dans les DOM à caractériser les pressions et définir les zones à risque de non atteinte des objectifs environnementaux (annexe 5 de la DCE).

Pour en savoir plus:
Thématique 6 de la feuille de route « Qualité de l’eau et territoires ruraux » 

Pressions à l’origine du phénomène d’eutrophisation

L’ifremer a déterminé, par modélisation, les "bassins récepteurs" marins des principaux fleuves français de la façade Manche-Atlantique, et de leurs rôles respectifs dans l'eutrophisation phyto-planctonique des masses d'eau DCE et des sous-régions DCSMM. 

L’université de Tours travaille actuellement à l’évaluation des apports de N et de P d’origine fluviatiles vers les plans d’eau.

Enfin, depuis mi-2015, une expertise scientifique collective, pilotée par le CNRS (InEE) en partenariat avec l’IFREMER, l’INRA et l’IRSTEA, a débuté afin de clarifier la définition de l’eutrophisation en prenant en compte les besoins et enjeux opérationnels pour l’action publique. L’analyse produira un état des lieux critique des connaissances scientifiques certifiées au plan européen et mondial sur les causes et mécanismes d’eutrophisation des eaux et identifiera les verrous scientifiques nécessitant l’acquisition de nouvelles connaissances qui pourraient faire l’objet de recherches supplémentaires.
L’expertise a pour objectif de servir de base scientifique en vue d’améliorer la cohérence des modalités de mise en œuvre des différentes directives concernées (Directive nitrates, DCE, DCSMM et DERU).
 
Pour en savoir plus:
Thématique 6 de la feuille de route « Qualité de l’eau et territoires ruraux » 


 
Pour en savoir plus
   Les références :
 

( = nouvelle publication )