Conserver les services écosystémiques pour atteindre le bon état écologique des eaux

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Conserver les services écosystémiques pour atteindre le bon état écologique des eaux

Bruxelles a accueilli, fin septembre 2011, un séminaire européen, organisé par l’Onema et la direction générale de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne, sur la contribution des services écosystémiques à la mise en œuvre de la directive cadre européenne sur l’eau (DCE). Ce concept, popularisé en 2005 par le Millennium Ecosystem Assessment de l’ONU, s’impose peu à peu dans la recherche de mesures écologiques. La rencontre a été l’occasion d’échanger sur les premières expériences.

Le deuxième séminaire « Water Science meets policy », co-animé par l’Onema et la direction générale de la recherche et de l’innovation de la Commission européenne dans le cadre de l’activité « science-policy interface », s’est tenu à Bruxelles les 29 et 30 septembre 2011. Près de 130 personnes représentant 21 organisations de l’Union européenne ont participé à cette rencontre. Les services écosystémiques constituent l’ensemble des biens et des services que l’homme tire d’un écosystème. Il peut s’agir de bienfaits vitaux pour l’homme, comme la quantité et la qualité de l’eau disponible, la régénération des sols favorisant l’agriculture, ou encore de bénéfices culturels et récréatifs, tel l’écotourisme tributaire de la qualité paysagère. La dégradation d’un service a des répercussions pour l’homme. Lorsqu’un cours d’eau est détérioré, les habitats peuvent être détruits, ce qui induit la baisse du nombre de poissons et l’augmentation de la pollution aquatique par l’altération des propriétés d’épuration du cours d’eau. Cette approche offre une vision plus globale des problématiques et invite à une nouvelle gestion partagée. Une démarche écosystémique implique une évaluation du fonctionnement physique et biologique des écosystèmes mais également économique et sociale, et nécessite en conséquence l’intervention de différents acteurs.

 

Les services écosystémiques en pratique

Le séminaire a mis en évidence le lien entre l’atteinte du bon état écologique des eaux exigée par la DCE et la conservation des services écosystémiques. Ces derniers permettent, en partie, d’évaluer les bénéfices tirés du bon état des eaux. Une argumentation chiffrée est possible et facilite la prise de décision par les gestionnaires et les acteurs politiques en comparant les répercussions de différentes stratégies proposées sur un même territoire. Elle peut s’appuyer sur un calcul économique, bien que tous les bénéfices ne soient pas monétarisables.
Diverses expériences menées par les États ont été exposées lors du séminaire. La France a présenté un cas d’étude sur la Dordogne, le projet ESAWADI coordonné par un bureau d’études en partenariat avec le Credoc et Epidor, portant sur la restauration hydromorphologique d’un cours d’eau. Les premiers retours devraient être communiqués au cours de l’année 2012.

Ce séminaire a reçu le label « Forum mondial de l’eau » pour sa proximité avec les préoccupations du forum 2012 visant à rechercher des « solutions pour l’eau ».

Contacts :
nirmala.seon-massin@onema.fr
frederique.martini@onema.fr

Article issu de La Lettre #10 - décembre 2011