Changeons de point de vue sur l’eau

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Changeons de point de vue sur l’eau

Volet 1     Volet 3     Volet 4

 

 Volet 2 :  Les élus témoignent sur les actions de restauration des cours d’eau


  Lire le dossier de presse

La restauration des cours d’eau est une priorité majeure pour atteindre l’objectif ambitieux de non-dégradation ou d’atteinte du bon état d’au moins deux tiers des cours d’eau cours d’eau en 2015. Retrouver des rivières vivantes, dynamiques et fonctionnelles, favoriser le retour des poissons migrateurs et de toutes autres espèces animales et végétales, restaurer le transit des sédiments pour stopper l’enfoncement du lit des rivières, autant d’éléments qui caractérisent les enjeux des actions de restauration.

Aujourd’hui, les nombreuses actions de restauration des cours d’eau menées à diverses échelles territoriales résultent souvent d’une dynamique associant de multiples acteurs : le ministère chargé du développement durable et les services déconcentrés de l’Etat (DREAL au niveau du bassin ou de la région, DDT chargée de la police de l’eau au niveau départemental), l’Onema, les agences de l’eau, les collectivités territoriales et plus généralement les divers maîtres d’ouvrage des travaux à réaliser.
Atteindre les résultats de bon état exige que des priorités claires soient partagées par l’ensemble des services, en liaison avec les collectivités territoriales et les maîtres d’ouvrages. De même, l’action incitative des agences de l’eau ou de l’Onema doit être étroitement coordonnée avec l’action de la police de l’eau pilotée par les préfets de départements. Cette coordination est un facteur clé pour la réussite des actions de rétablissement de la continuité écologique.

Au niveau national, un inventaire est dressé par l’Onema et ses partenaires sur l’ensemble des cours d’eau français. Cet inventaire, le référentiel national des obstacles à l’écoulement (ROE), s’accompagne d’une évaluation de l’impact de chaque obstacle sur la libre circulation des espèces migratrices et sur l’écoulement des sédiments. Cette évaluation est indispensable pour consolider les connaissances actuelles et définir les priorités d’intervention sur les quelques 60 000 ouvrages existants.

Au niveau des bassins, les SDAGE (schéma d’aménagement et de gestion des eaux) approuvés fin 2009 fixent des orientations pour la restauration des cours d’eau.

Au niveau local :

  •  La politique contractuelle des agences de l’eau avec les collectivités territoriales qui prennent la maitrise d’ouvrage des travaux via des contrats de rivière ou de baies, des contrats territoriaux « milieux aquatiques », des SAGE, etc.
  •  Une politique d’information et de sensibilisation des propriétaires sur l’incidence de l’ouvrage, les différentes solutions envisageables, leurs coûts et les possibilités de financement, est un élément clé pour la réussite de l’action ;
  •  L’action de police de l’eau, complémentaire de l’action contractuelle dans le cadre d’un programme pluriannuel de mise aux normes des ouvrages.
Les enjeux
  •  retrouver des rivières vivantes, dynamiques et fonctionnelles, capables de rendre de multiples services
  •  réduire les pollutions liées aux eaux stagnantes et au réchauffement des eaux, restaurer les capacités d’auto-épuration des cours d’eau
  •  restaurer le transit des sédiments pour stopper l’enfoncement du lit des rivières
  •  préserver la biodiversité naturelle des cours d’eau et de leurs annexes
  •  rouvrir les rivières aux poissons migrateurs

    Les réponses

  •  effacer ou aménager les obstacles qui barrent le lit des rivières, abaisser la hauteur des ouvrages, ouvrir des échancrures
  •  installer des dispositifs de franchissement pour les poissons, restaurer l’accès aux frayères
  •  recréer des méandres là où les cours d’eau ont été « rectifiés »
  •  diversifier les écoulements et les habitats
  •  redonner aux rivières des matériaux à charrier
     

    Des actions de restauration déjà abouties

    Effacer ou aménager les obstacles qui barrent le lit des rivières, abaisser la hauteur des ouvrages, ouvrir des échancrures, installer des dispositifs de franchissement pour les poissons, restaurer l’accès aux frayères, recréer des méandres là où les cours d’eau ont été rectifiés, diversifier les écoulements et les habitats, redonner aux rivières des matériaux à charrier. Plusieurs actions de restauration réussies en France ont montré l’importance de la dynamique locale et de la coordination entre services de l’Etat, établissements publics et collectivités locales.
    Voici quelques exemples étayés de témoignages d’élus.
     

    La reconquête de la continuité écologique de la Roanne
    Rivière Roanne : témoignage de Christian Derachinois, maire de Lanteuil en Corrèze (bassin Adour-Garonne)

    xxxx

    Vezouze restaurée, inondations enrayées
    Rivière Vezouze : témoignage de Laurent Gouvion Saint Cyr, président de la Communauté de communes du Lunévillois dans la Meurthe et Moselle (bassin Rhin-Meuse)

    Définition concertée d’un espace de mobilité sur l’Adour
    Rivière Adour : témoignage de Guy Darrieux, vice-président de l’Institution Adour (bassin Adour-Garonne)

    xxxx Libération du Mutterbach en ligne Maginot aquatique
    Rivières Hosterbach et Mutterbach : témoignage de Bernard Clave, président du Syndicat intercommunal pour la mise en valeur des étangs de la Région de Puttelange aux Lacs en Moselle (bassin Rhin-Meuse)

    Vers un retour pérenne des poissons migrateurs sur la Canche et ses affluents Rivières du bassin de la Canche : témoignage de Bruno Roussel, président du Syndicat mixte pour le Sage de la Canche dans le Pas de Calais (bassin Artois-Picardie)

      Quand la rivière reprend un cours naturel

    Rivière Hermance : témoignage de Jean Neury, président du Syndicat mixte des affluents du Sud Ouest Lémanique en Haute Savoie (bassin Rhône-Méditerranée)

    Un nouveau départ pour la Kilienne Rivière Kilienne : témoignage d’Henri Dejonghe, maire d’Auxi-le-Château, conseiller général du Pas-de-Calais (bassin Artois-Picardie)

      Restaurer les rivières pour protéger les milieux et les hommes Rivières Doubs et Loue : témoignage de Franck David, président du Syndicat mixte Doubs-Loue dans le Jura (bassin Rhône-Méditerranée)

    Rouvrir l’Alagnon au saumon atlantique Rivière Alagnon : témoignage de Jacques Couvret, président du Syndicat interdépartemental de gestion de l’Alagnon et de ses affluents dans le Cantal (bassin Loire-Bretagne)

      La truite fario, indicatrice de la reconquête écologique
    Rivière Sausseron : témoignage de Claude Chevalier, Président du Syndicat intercommunal pour l’aménagement et l’assainissement de la vallée du Sausseron dans le Val d’Oise (bassin Seine-Normandie)

    Un programme d’effacement des seuils pour améliorer la qualité de l’Araize
    Rivière Araize : témoignage d’Eugène Perrault, président du Syndicat du bassin de l’Oudon Sud dans le Maine et Loire (bassin Loire-Bretagne)

      Une renaturation incontournable d’un affluent de l’Andelle
    Rivière Fouillebroc : témoignage de Rémi Decleire, président du Syndicat intercommunal du bassin de l’Andelle dans l’Eure (bassin Seine-Normandie)

     Retour page d’accueil de la campagne