Campagne exploratoire sur la présence des micropolluants émergents

Bienvenue sur le portail technique "eau et milieux aquatiques" de l'Agence française pour la biodiversité.

Campagne exploratoire sur la présence des micropolluants émergents

Une campagne exceptionnelle de mesure des micropolluants dans les milieux aquatiques est lancée sur l’ensemble du territoire français. Les résultats contribueront à élaborer une nouvelle liste de substances pertinentes à surveiller au niveau national à partir de 2014. Initiée par le ministère en charge du développement durable, cette étude est réalisée par différents organismes de recherche et est coordonnée et financée par l’Onema avec l’appui des agences de l’eau. Elle s’inscrit dans le cadre du plan national micropolluants.

Pour mener cette campagne, une vingtaine d’acteurs (organismes de recherche, agences de l’eau, offices de l’eau, laboratoires d’analyses, bureaux d’études…) se sont mobilisés en ce début d’année en métropole et en outremer. Ce sont en fait plusieurs campagnes successives qui vont être menées sur l’année 2012 : trois pour les eaux de surface, une pour les eaux littorales, une pour les plans d’eau, et deux pour les eaux souterraines des départements ultramarins.

Environ 30 000 analyses à réaliser

Près de 180 substances faisant partie d’une dizaine de familles de polluants émergents – pesticides, résidus de médicaments, biocides…- vont être recherchées, dont 16 molécules spécifiques aux DOM (essentiellement des pesticides). Les prélèvements seront réalisés par les agences de l’eau sur près de 250 points du réseau de surveillance DCE pour l’ensemble du territoire. Ces prélèvements, une fois effectués, seront transférés à des laboratoires de recherche spécialisés, sélectionnés au préalable avec l’aide d’Aquaref. Ils donneront lieu à près de 30 000 analyses.

Les résultats, validés puis bancarisés, seront analysés par l’Ineris pour les eaux de surface, l’Ifremer pour les eaux littorales et le BRGM pour les eaux souterraines. Ils permettront d’acquérir des connaissances sur la présence de contaminants émergents mais aussi de collecter des données fiabilisées sur des molécules préalablement surveillées dans des conditions non optimales.

Cette étude devrait contribuer à la proposition, par le comité d’experts animé par l’Onema et l’Ineris, d’une nouvelle liste de substances nationales pertinentes à surveiller, ce qui est l’une des priorités du plan national micropolluants.

Contacts :
pierre-francois.staub@onema.fr
christian.jourdan@onema.fr

Article issu de La Lettre #12 - Juin 2012