Accueil >> Actualités >> Vers une banque nationale d’échantillons des milieux aquatiques continentaux ?

2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Archives

VERS UNE BANQUE NATIONALE D’ÉCHANTILLONS DES MILIEUX AQUATIQUES CONTINENTAUX ?

- 30 avril 2015 -

Le N°29 des Rencontres de l’Onema vient de paraître...

Les 4 et 5 novembre derniers, quelques-uns des meilleurs experts mondiaux des banques d’échantillons environnementaux étaient réunis à Pau : deux journées d’échanges qui ont mis en lumière l’intérêt de ce type d’outils pour répondre à des enjeux de gestion des pollutions et de conservation de la biodiversité. De quoi initier la réflexion autour d’une possible échantillothèque made in France pour les milieux aquatiques continentaux.

 

    Le séminaire banque d’échantillons environnementaux : Utilité et impacts a été porté par :

Projet Orque-Sudoe / Université de Pau et des Pays de l’Adour :
Olivier Donard (directeur de l’Institut des sciences analytiques et de physico-chimie pour l’environnement et les matériaux)
Christelle Bonnemason-Carrere (coordinatrice du projet Orque-Sudoe)

Onema :
Olivier Perceval
(chargé de mission « écotoxicologie », direction de l’action scientifique et technique)

En savoir plus sur le séminaire

 

    Les priorités d’actions de l’Onema 2013-2018

Voir les priorités d’actions concernant les risques liés à la contamination chimique des milieux aquatiques

 

  Entre 1996 et 2006, la concentration en HBCDD, un retardateur de flamme, a doublé en moyenne tous les deux ans dans les tissus des lions de mer à San Francisco – ce qui retrace la dispersion locale de ce contaminant émergent et confirme sa capacité de bioaccumulation.

  Sur la côte Est du Japon, la chair des moules ne contenait pas de césium-137 avant mars 2011 – ce qui permet d’attribuer sans équivoque à l’accident nucléaire de Fukushima les concentrations relevées depuis lors dans ces mollusques.

  Dans la rivière Mulde, en Allemagne, la concentration en mercure dans la chair musculaire des brèmes communes a été divisée par quatre entre 1993 et 2009 – ce qui documente la diminution de l’exposition environnementale à ce polluant après fermeture d’une source industrielle.

Ces trois exemples illustrent les bénéfices de l’exploitation de banques d’échantillons environnementaux (BEE), où sont conditionnés et archivés des prélèvements (sédiments, végétaux, poissons…) issus d’un échantillonnage in situ standardisé et pérenne...

 
Marchés publics Ressources Mentions légales Contact Plan du site Recherche