Accueil >> Thématiques >> Restaurer l’hydromorphologie des cours d’eau >> Recensement des obstacles sur les cours d’eau et évaluation de leur impact écologique

Restaurer l’hydromorphologie des cours d’eau 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30

RECENSEMENT DES OBSTACLES SUR LES COURS D’EAU ET ÉVALUATION DE LEUR IMPACT ÉCOLOGIQUE

Interview de partenaires

Jean-Noël Gautier / Agence de l’eau Loire-Bretagne

En Loire-Bretagne, nous avons lancé dès 2005 un inventaire des obstacles à l’écoulement à l’échelle du bassin, qui a abouti en 2008 à une base de données...

Aurélie Tisserand / DIREN Ile-de-France

Lorsqu’il sera achevé, le référentiel des obstacles à l’écoulement nous permettra d’identifier l’ensemble des ouvrages, de mieux évaluer l’ampleur de la pression qu’ils font peser sur le milieu aquatique et donc de mieux cibler les interventions nécessaires...

Lire les témoignages

Le lancement d’un inventaire des obstacles à l’écoulement sur l’ensemble des cours d’eau français a permis de recenser déjà plus de 60 000 obstacles. L’évaluation des risques d’entrave qui en résultent pour la circulation des espèces aquatiques et des sédiments est désormais entreprise. Ce vaste projet « continuité écologique », piloté par l’Onema, répond aux nouvelles exigences réglementaires de préservation et de restauration des écosystèmes aquatiques. Il permettra d’identifier les ouvrages les plus problématiques pour établir les priorités d’intervention.

La présence sur les cours d’eau de plusieurs dizaines de milliers d’obstacles à l’écoulement entraine une fragmentation écologique qui, selon les scientifiques, constitue l’une des principales causes d’érosion de la biodiversité. Désormais, l’exigence de bon état des eaux conduit à inventorier ces obstacles à l’échelle nationale et à évaluer les risques d’impact sur les écosystèmes aquatiques. C’est pourquoi l’Onema a piloté la création du référentiel national des obstacles à l’écoulement (ROE) qui recense l’ensemble des obstacles en France.

Le référentiel national des obstacles à l’écoulement

Jusqu’alors, les données sur les ouvrages étaient collectées par les acteurs de l’eau et de l’aménagement du territoire pour répondre à des besoins très différents : écologie, production d’hydroélectricité, navigation, sécurité publique. Ces données étaient stockées dans leurs propres bases de données, environ une trentaine.

Ces bases de données étant trop dissemblables pour être regroupées automatiquement, elles ont servi de point de départ au nouvel outil, le ROE. Ce référentiel rassemble, dans une banque de données unique, les informations consolidées et actualisées sur les ouvrages et attribue un code national unique (matricule de l’obstacle) à chaque obstacle. Ce recensement a été réalisé avec les services territoriaux de l’Onema : grâce à leur connaissance du terrain, ils ont effectué un travail de vérification pour chaque ouvrage en éliminant les doublons ou les ouvrages disparus, en précisant leur localisation et en complétant le recensement avec d’autres informations locales disponibles.

Une première version du ROE est consultable sur le site EauFrance. Le nombre d’obstacles du référentiel augmentera progressivement avec la poursuite de la validation des données. De plus, de nouveaux inventaires seront déployés à compter de 2010 par l’Onema et ses partenaires.

Evaluer les impacts écologiques des obstacles

Une fois les obstacles recensés, une seconde étape a été amorcée. Il s’agit d’évaluer, pour chacun des obstacles recensés, le risque d’entrave à la circulation des espèces aquatiques et des sédiments mais aussi de hiérarchiser les impacts sur l’ensemble du territoire.

A cette fin, l’Onema a élaboré, avec l’assistance de scientifiques nationaux et internationaux, un protocole national qui détaille les données spécifiques à recueillir sur le terrain ainsi que leur méthode d’acquisition. Ce protocole est actuellement testé par les agents de l’Onema et pourra être progressivement mis en œuvre par l’Onema et les partenaires (EPTB, syndicats de rivière, associations migrateurs…) sur l’ensemble du territoire. Les données à recueillir sont les caractéristiques physiques et géométriques de l’obstacle (hauteur, forme, matériaux de construction, tracé en plan…), ses caractéristiques fonctionnelles, les caractéristiques physiques du cours d’eau en amont et en aval de l’obstacle. Ces données, une fois collectées, alimenteront une base de données spécifique appelée ICE (informations sur la continuité écologique).

Chiffres-clés

60000 obstacles connus, dont :

90% sont sans usage économique avéré Moins de 4% sont équipés d’un ouvrage de franchissement piscicole

Septembre 2010
Les temps forts 2009

 
Marchés publics Ressources Mentions légales Contact Plan du site Recherche