Accueil >> Pour ses tourbières du Paraclet, l’Onema cultive le partenariat !



POUR SES TOURBIÈRES DU PARACLET, L'ONEMA CULTIVE LE PARTENARIAT !

Dans la Somme, sur le domaine du Paraclet, le centre de formation de l’Onema et le lycée agricole tout proche développent une collaboration originale pour la gestion des tourbières environnantes. Le site a accueilli, le 31 janvier, le lancement de la journée mondiale des zones humides.

 Journée mondiale des zones humides

Future vitrine de gestion durable et lieu de pédagogie in situ, à l’interface de l’écologie et de l’agriculture, le site du Paraclet s’apprête à accueillir le lancement officiel de la journée mondiale de l’eau.

Le 31 janvier 2014, le centre de formation de l’Onema a réuni des représentants des Ministères en charge de l’écologie et de l’agriculture, les Agences de l’eau, les "têtes de réseaux" nationales, les partenaires du territoire et la presse, pour une journée d’échanges et d’information. Au programme : signature de la charte des Pôles-relais zones humides, visite du site et présentation du projet par l’Onema et le lycée agricole… ainsi qu’une table-ronde sur le thème "Agriculture et zones humides - Comment réhabiliter, restaurer et gérer les milieux humides dans le cadre de la mise en œuvre de la trame verte et bleue ?" Le cadre ne pouvait être mieux choisi !

 Le Centre de formation du Paraclet

Consultez la plaquette de présentation du Centre de formation du Paraclet

 "Agriculture et zones humides : cultivons le partenariat"

Le thème de la journée mondiale des zones humides organisée le 2 février 2014, trouve une résonance très concrète sur le domaine du Paraclet, au cœur du site Natura 2000 des marais du bassin de la Somme. Le centre de formation de l’Onema, dont les 28 hectares couvrent des tourbières alcalines vulnérables, y mène depuis un an une réflexion commune avec le lycée agricole du Paraclet, qui occupe l’autre berge de la rivière Noye et possède également des parcelles Natura 2000. Objectif : "développer une gestion exemplaire, associant pratiques agricoles et préservation des écosystèmes, sur l’ensemble de la zone", explique Pierre Caessteker, chargé de mission zones humides à l’Onema.

Vers un partenariat technique

En 2013, un ensemble d’actions de restauration ont été menées sur le site : coupe et dessouchage d’un hectare de peupleraie, vidange et assec temporaire de plusieurs plans d’eau (3,5 ha) pour favoriser roselières et avifaune, remise en état du bras d’alimentation. Tous les éléments sont désormais réunis pour expérimenter une gestion "différentiée" du site, favorisant le maintien d’écosystèmes variés : "Les ouvrages, qui permettent une gestion fine du niveau d’eau, sont un levier pour la régulation de la végétation ligneuse, précise Pierre Caessteker. De même, les génisses nantaises pâturant sur les tourbières avoisinantes sont appelées à jouer un rôle dans leur entretien !" Le projet doit maintenant trouver son cadre institutionnel. "Nous travaillons à la formalisation d’un partenariat technique, associant autour de l’Onema et du Lycée agricole plusieurs acteurs-clés, dont le Conservatoire des espaces naturels de Picardie, l’antenne picarde du Conservatoire botanique national de Bailleul et l’Ameva, l’opérateur du site Natura 2000", indique Pierre Caessteker. Les accords seront officialisés en 2015. D’autres travaux de restauration seront menés dans les prochaines années, notamment la poursuite des opérations de régulation des ligneux.

contacts : alexandra.hubert@onema.fr - pierre.caessteker@onema.fr